La contraception en France

Quarante ans après sa légalisation, la contraception est généralisée en France. Elle se traduit principalement par l'utilisation de la pilule, la stérilisation étant très peu répandue contrairement à beaucoup d'autres pays du Sud ou du Nord. Depuis le milieu des années 1980, la crainte du sida a fait progresser l’usage du préservatif.

Une contraception généralisée

La loi Neuwirth, adoptée en 1967, a légalisé la contraception en France. Les dernières données disponibles (enquête ESFE de 1994) permettent de faire le bilan des pratiques contraceptives près de 30 ans plus tard. Plus de deux femmes sur trois entre 20 et 49 ans (69 %) utilisent une méthode contraceptive. Les autres, qui n'en utilisent pas, ne sont pas pour autant exposées au risque d’une grossesse non désirée : 7% sont stériles – elle ou leur partenaire – de façon naturelle ou parce qu’elles ont subi une opération stérilisante, 11 % n’ont pas de partenaire sexuel, enfin 8% sont enceintes ou cherchent à le devenir. Il ne reste donc que 3% de femmes n’entrant dans aucune des catégories ci-dessus, et disant ne plus vouloir d’enfants et n’utiliser aucune méthode contraceptive.

Image
Image

Une femme sur trois prend la pilule

La pilule est de loin la première méthode contraceptive, avec 36 % d’utilisatrices parmi les femmes d’âge fécond (20-49 ans). La proportion est maximale chez les jeunes de 20-24 ans (59 %) et décroît ensuite régulièrement avec l’âge. Le stérilet occupe la seconde place, avec 16 % d’utilisatrices ; la tendance selon l’âge est ici très différente, avec un maximum entre 35 et 44 ans (près de 27 %). Les autres méthodes n’occupent plus qu’une place restreinte, le préservatif (5 % comme méthode principale) devançant légèrement l’abstinence périodique (4 %) ; le retrait, méthode traditionnelle des couples français jusque dans les années soixante, n’estplus déclaré que par 2% d’entre eux. Pour 100 femmes de 20-49 ans pratiquant une contraception, 56 prennent la pilule, 25 le stérilet et 19 une autre méthode.


Image
Image

Les jeunes utilisent beaucoup le préservatif

Le préservatif est souvent utilisé en association avec une autre méthode contraceptive : au total 7% des femmes et 12 % des hommes de 20 à 49 ans ont déclaré l’utiliser (ou leur partenaire) dans le mois de l’enquête. Ce moyen de contraception s’est largement diffusé depuis 1988, en relation avec l’épidémie de sida. Il est souvent utilisé de façon occasionnelle ou temporaire, principalement par les jeunes et les personnes ne vivant pas en couple, en particulier au début d’une nouvelle relation amoureuse. Le préservatif est ainsi devenu la méthode de contraception la plus fréquente lors des premiers rapports sexuels, la moitié d’entre eux ayant lieu avec préservatif en 1994. La pilule commence souvent quelques mois après, quand la relation amoureuse est stabilisée.

La stérilisation à but contraceptif se pratique très peu

En France, la loi autorisant la stérilisation à but contraceptif n'a été votée qu'en 2001 et le corps médical n’incite pas à ce choix définitif, à la différence de nombreux autres pays (notamment les pays anglo-saxons), où la stérilisation, féminine ou masculine, est la principale méthode de régulation des naissances. Au Canada, par exemple, 42 % des couples d’âge fécond sont stérilisés (l’homme ou la femme) alors qu’en France, ils ne sont que 5 %. Dans la majorité des cas, c’est la femme qui a été stérilisée, souvent à un âge élevé, après 40 ans.



Pour plus d'informations

L’enquête sur les "situations familiales et l'emploi" de 1994

Cette enquête a été réalisée par l’INED et l’INSEE en mars 1994 auprès d’un échantillon représentatif de 1 926 hommes et 2 944 femmes âgés de 20 à 49 ans. Elle a permis de recueillir des informations sur les pratiques contraceptives actuelles et passées des enquêtés. Pour les femmes, on a pu comparer les résultats de cette enquête à ceux de deux autres, similaires, réalisées en France en 1978 (l’enquête mondiale de fécondité) et en 1988 (l’enquête sur la régulation des naissances).

Guibert-Lantoine Catherine de, Leridon Henri,« La contraception en France : un bilan après 30 ans de libéralisation », Population, 53 (4), 1998, p. 785-812.

Toulemon Laurent, Leridon Henri, « La diffusion des préservatifs : contraception et prévention », Population & Sociétés, n°301, mai 1995, 4 p.

Page :
1 2 3 4 5 6 7
Last update : July 15 2008