Lire ce numéroS'abonner en ligneLa loi Neuwirth quarante ans après : une révolution inachevée ?

couverture_publication

Arnaud Régnier-Loilier, Henri Leridon, Fabrice Cahen

Population et Sociétés

N°439, novembre 2007, 1,50 €. n° ISSN 0184 77 83

Il y a quarante ans, le Parlement votait la loi Neuwirth libéralisant la contraception en France. Pourquoi l'État avait-il jusque-là cherché à l'empêcher, et comment expliquer ce changement d'attitude ? Évoquant la façon dont les couples s'y prenaient auparavant pour prévenir les naissances, Fabrice Cahen s'interroge sur les raisons du retard de la législation française si on la compare aux législations britannique et américaine. Pour ce qui est des conséquences de la loi, beaucoup s'attendaient à ce qu'elle entraîne la disparition des grossesses non prévues. Pourtant, elles représentent encore de nos jours une grossesse sur trois, comme nous l'expliquent Arnaud Régnier-Loilier et Henri Leridon. Quelles en sont les raisons ? Quelles sont les aspirations des couples d'aujourd'hui en matière d'enfants ? Comment s'y prennent-ils pour les réaliser 

Pour télécharger l'article, voir boîte ci-contre.

Pour recevoir l'avis de parution, voir boite "En savoir plus" ci-contre

Dérouler les informations

Résumé (cliquez sur +)

Un numéro spécial de huit pages consacré aux quarante ans de la loi Neuwirth libérelisant la contraception en France

 

Dérouler les informations

Sommaire (cliquez sur +)

Après la loi Neuwirth, pourquoi tant de grossesses imprévues ?

  •  Huit naissances sur dix sont bien planifiées…
  • … mais une grossesse sur trois n’est pas prévue
  • Un calendrier des naissances le plus en plus précis

De la contraception clandestine à la loi Neuwirth : la France à la traîne ?

  • Les mésaventures d’un jeune couple autrefois
  • La France, pays d’arrière-garde ?
  • Aux origines d’une réforme
  • Les limites de la réforme