Lire ce numéroS'abonner en ligneLe Japon face au déclin annoncé de sa population

couverture_publication

Jacques Véron

Population et Sociétés

N°449, octobre 2008, 1,50 €. n° ISSN 0184 77 83

Le monde développé vit avec la crainte du vieillissement démographique et de la dépopulation, les adultes ayant dans beaucoup de pays moins d'enfants qu'il n'en faudrait pour remplacer les générations. Avec l'une des plus basses fécondités du monde - 1,3 enfant en moyenne par femme - et la durée de vie la plus élevée, le Japon est exemplaire de cette évolution. S'appuyant sur les dernières projections de population japonaise, Jacques Véron nous explique les certitudes et les interrogations quant à son avenir démographique

Pour télécharger l'article, voir boîte ci-contre.

Pour recevoir l'avis de parution, voir boite "En savoir plus" ci-contre


Dérouler les informations

Résumé (cliquez sur +)

Les projections démographiques établies en 2006 par l’Institut national de recherche japonais sur la population et la sécurité sociale annoncent une réduction de la population japonaise de plus de 30 millions d’ici 2050 dans leur scénario central. La population japonaise devrait en outre vieillir fortement en raison de l’allongement de la durée de vie, déjà la plus élevée du monde, et de la très basse fécondité : 1,3 enfant en moyenne par femme en 2006. La population active continuerait de diminuer et le taux de dépendance s’accroîtrait fortement en raison de l’augmentation rapide de la proportion des 65 ans ou plus. Une remontée limitée de la fécondité, une ouverture très mesurée des frontières ou une modification à la marge des comportements d’activité ne sont pas de nature à modifier radicalement les évolutions projetées.
Dérouler les informations

Sommaire (cliquez sur +)

  • Une fécondité longtemps en baisse et l'espérance de vie la plus haute du monde
  • Moins de familles élargies, plus de personnes vivant seules
  • Bouleversement de la structure par âge et diminution de l'offre de travail
  • Des évolutions inéluctables ?