Lire ce numéroS'abonner en ligneSéparations, nouvelles unions : quelles influences sur la fécondité ?

couverture_publication

Eva Beaujouan

Population et Sociétés

N°464, février 2010, 1,50 €. n° ISSN 0184 77 83

En France, les ruptures d'unions et les remises en couple sont de plus en plus fréquentes. Diminuent-elles la fécondité, les ruptures empêchant des naissances, ou l'augmentent-elles au contraire, puisque la formation de nouveaux couples est l'occasion de nouvelles naissances ? Éva Beaujouan dresse le bilan en analysant deux enquêtes récentes de l'Ined et l'Insee, Étude des relations familiales et intergénérationnelles de 2005 et Étude de l'histoire familiale de 1999

Pour télécharger l'article, voir boîte ci-contre.

Pour recevoir l'avis de parution, voir boite "En savoir plus" ci-contre

Dérouler les informations

Résumé (cliquez sur +)

Union, séparation, nouvelle union : les comportements conjugaux en France ont évolué, et avec eux la fécondité. Si les naissances surviennent presque toutes dans le cadre d'un couple, marié ou non, elles sont de plus en plus fréquentes au sein des deuxièmes
unions : c'était le cas pour 1,4 % des hommes et 0,7 % des femmes né(e)s avant 1950, contre 14 % et 9 % de ceux et celles de la génération 1960-1969. La seconde union provoque, pour chacun, une probabilité 2,5 fois plus élevée d'une nouvelle naissance à 35 ans. Mais à âge égal au moment de la remise en couple, les hommes sont plus souvent pères car s'unissent en majorité à des femmes plus jeunes. Enfin, les individus sans enfant ainsi que ceux avec 4 ou 5 enfants sont plus fréquents parmi ceux ayant connu plusieurs unions.
Dérouler les informations

Sommaire (cliquez sur +)

  • De plus en plus de naissances en deuxième union
  • Les deuxièmes unions tardives sont moins fécondes
  • La présence d'enfants nés avant l'union influe peu sur la fécondité
  • La deuxième union est souvent l'occasion d'une naissance supplémentaire
  • Une dispersion plus grande du nombre d'enfants
  • Les hommes un peu plus féconds au cours de leur vie en cas de deuxième union, mais pas les femmes