Lire ce numéroS'abonner en ligneLa majorité de l'humanité vit dans un pays où la fécondité est basse

couverture_publication

Chris Wilson, Gilles Pison

Population et Sociétés

N°405, octobre 2004, 1,50 €. n° ISSN 0184 77 83

Pour télécharger l'article, voir boîte ci-contre.

Pour recevoir l'avis de parution, voir boite "En savoir plus" ci-contre


Dérouler les informations

Résumé (cliquez sur +)

L'un des paradoxes de la démographie mondiale est que la population continue à augmenter rapidement alors que la fécondité, le nombre moyen d'enfant qu'une femme met au monde, a considérablement baissé. Même les spécialistes ont de la peine à réaliser qu'elle est désormais inférieure à 2,1 enfants par femme dans beaucoup de pays en développement, qui ont, sur ce point, rejoint les pays industrialisés. Comment en est-on arrivé là, et quelles en seront les conséquences?
Dérouler les informations

Sommaire (cliquez sur +)

La majorité de l'humanité vit dans un pays où la fécondité est basse
  • La fécondité médiane a chuté de 5,4 à 2,1 enfants en cinquante ans
  • Parmi les pays ou régions en développement à fécondité basse, le Brésil, la Tunisie, une partie de l'Inde et presque toute la Chine

Références