Santé, morbidité et mortalité des populations préindustrielles

Ce projet de recherches est centré sur l’analyse des comportements démographiques des populations préindustrielles, quelles que soient les époques considérées et les sources disponibles. Il s’agit d’appréhender les populations du passé dans un cadre global, où interagissent lois biologiques, modifications environnementales et évolutions technologiques et sociétales.
Ce programme de recherches prospectif est destiné à évoluer car il est porteur de synergies, tant en interne qu'à l’international grâce au réseau thématique de recherches de l’INED, IN-HOPPE (International Network- Historical and osteoarchaeological Past Populations Explorations), récemment créé.

Depuis plusieurs années, nous avons développé au sein de l’UR 11 un axe de recherches portant sur l’approche des comportements démographiques des populations du passé, en abordant non seulement les périodes pré-statistiques mais aussi celles pour lesquelles la documentation écrite est rare, voire inexistante.
Tout en s’appuyant sur les savoir-faire réunis et sur les résultats de nos travaux (dont le Manuel de paléodémographie), ce projet phare a vocation à faire évoluer les collaborations interinstitutionnelles pour permettre le développement de ce champ de recherches original et le rapprochement avec les historiens-démographes, très souvent focalisés sur des sources écrites.
L’enjeu est aujourd’hui de poursuivre et d’étendre ces dialogues interdisciplinaires et de favoriser des collaborations parfois très pointues, afin que le programme puisse constituer une sorte de «niche» scientifique, résolument pluridisciplinaire et porteuse de questionnements nouveaux.

Ce projet de recherches répond donc à un triple objectif :
- Développer des approches croisées sur la thématique « santé, morbidité et mortalité des populations préindustrielles », en conjuguant les apports de l’anthropologie biologique, de l’histoire environnementale et sociale, de la paléoépidémiologie, de la biochimie, de la paléopathologie, etc. ;
- Poursuivre les explorations méthodologiques proposées en collaboration avec les mathématiciens sur la relation entre âge calendaire et âge biologique, fondamentales pour les travaux menés en paléodémographie ;
- Supporter les recherches collectives initiées, ou poursuivies, au sein du réseau thématique de recherches de l’INED, IN-HOPPE, durant sa phase de consolidation.

Le projet est construit autour de trois axes principaux :
- Conditions de vie et état sanitaire des populations préindustrielles ;
- Paléodémographie et développements méthodologiques ;
- Migrations, mouvements de population et variabilité génétique.
Il va s’appuyer sur l’animation du réseau IN-HOPPE (son fonctionnement et ses activités scientifiques sont décrites dans les axes thématiques).

Les approches méthodologiques reposent sur l’application de techniques développées en démographie, en démographie historique, en géographie, en paléobiologie, etc., sur des sources écrites (registres paroissiaux, dénombrements, sources fiscales, hospitalières, administratives, etc.) et sur des données matérielles (archéologiques, ostéologiques, biologiques, etc.).
La dimension épistémologique n’est pas absente de nos réflexions ; la restitution du cadre de vie et de pensée des populations étudiées est un point important de notre travail.
Enfin, une étroite collaboration avec des statisticiens et des mathématiciens est indispensable pour aborder l’espace « flou » que nos données, mais également des facteurs biologiques intrinsèques, nous imposent.

Participants