Publication search

Display more fields
/fichier/s_rubrique/19368/classiques.oeuvres.economiques.completes.jpg

François Quesnay. Oeuvres économiques complètes et autres textes.

2 volumes

Collection : Classiques de l’Économie et de la population

2005, 1622 pages

Papier

n° ISBN 978-2-7332-1031-4

69,00 € Buy
Introduction des éditeurs

Tome Premier

I. – Textes philosophiques

Essai physique sur l’œconomie animale.

– Évidence.

– Aspect de la psychologie.

– Observations sur le droit naturel des hommes réunis en société.

– Le droit naturel

II. – Textes économiques antérieurs au Tableau

Fermiers.

– Grains.

– Impôts.

– Hommes.

– Note sur le commerce des grains.

– Questions intéressantes sur la population, l’agriculture et le commerce

III. – Tableau économique

Le Tableau économique. 1ère version.

– Le Tableau économique. 2e version.

– Le Tableau économique. 3e version.

– Tableau œconomique avec ses explications .

– Analyse de la Formule arithmétique du Tableau économique [1ère et 2e éd].

– Maximes générales du gouvernement économique d’un royaume agricole.

– Problème économique.

– Second problème économique

IV. – Philosophie rurale

Philosophie rurale (chapitre 7, extrait de l’imprimé). – Dossiers manuscrits, extraits du fonds Mirabeau des Archives Nationales

Tome second

V. – Textes polémiques

Note sur les exemptions de dixmes.

– Mémoire sur les avantages de l’industrie et du commerce... .

– Réponse au Mémoire de M. H. sur les avantages de l’industrie et du commerce, etc.

– Réponse à la question proposée… sur les profits de la fabrication des bas de soye... en France.

– Observations sur l’intérêt de l’argent.

– Question sur les deuils.

– Répétition de la question... au sujet du bénéfice que la fabrique des bas de soie... produit à la France.

– Remarques sur l’opinion de l’auteur de l’Esprit des loix concernant les colonies.

– Suite de la répétition de la question des fabricans de bas de soie.

– Du commerce. Premier dialogue entre Mr. H. et Mr. N. (1ère et 2e édition).

– Observations sur le commerce.

– Sur les travaux des artisans. Second dialogue (1ère et 2e édition).

– Sur le gouvernement des Yncas du Pérou par M. A.

– Despotisme de la Chine.

– Lettre de M. Alpha sur le langage de la science économique.

– Lettres d’un fermier et d’un propriétaire.

– Lettre à l’auteur des Éphémérides. – Comparaison du revenu des terres…

VI. – Documents associés

Dossier correspondance.

– Le fonds Mirabeau aux Archives Nationales.

– La vie de François Quesnay par J. Hecht.

– Tableau chronologique des œuvres de François Quesnay.

– Bibliographie des ouvrages et articles cités par Quesnay.

– Principaux ouvrages et articles relatifs à François Quesnay. Index

François Quesnay (1694-1774), médecin de son état, économiste pour la postérité était le fils d’un laboureur de Méré (Yvelines). De ce chirurgien devenu médecin personnel de la marquise de Pompadour, un de ses disciples a dit qu’il était « cet homme simple et modeste, qui n’a jamais voulu permettre qu’on le nommât ; qui, uniquement occupé du bien public, a presque fui la gloire que méritaient ses découvertes ; qui, semblable à ce Père robuste, dont parle La Bruyère, a, en perçant la foule, pris ses enfants dans ses bras et les a fait passer devant lui ». C’est dans l’entresol qu’il occupait à Versailles, au-dessus des appartements de la favorite de Louis XV, qu’il traça le zig-zag : la première représentation visuelle de la circulation des richesses dans un Etat. Les économistes en font aujourd’hui l’un des fondateurs de leur discipline et ils voient dans le Tableau économique la première esquisse de leurs modèles mathématiques ou de leurs comptabilités nationales.

En son temps, Quesnay fut vénéré par ses élèves, les physiocrates, comme le « Confucius de l’Europe ». Fondateur d’une science nouvelle, il révélait à son époque deux vérités inconnues jusque-là : « L’une, c’est que l’Agriculture est la source unique des richesses ; L’autre, que pour faire prospérer l’Agriculture, il ne suffit pas d’avoir des bras et de la bonne volonté, il faut encore avoir de grandes richesses d’exploitation à y employer. »

Depuis l’édition pionnière de l’Ined en 1958, aucune publication en français n’a proposé une vision d’ensemble de l’œuvre de Quesnay, et plus particulièrement de son œuvre économique. Epuisée depuis deux décennies, elle n’a pas été remplacée. L’édition de 2005 s’appuie sur les recherches d’histoire du savoir économique et d’histoire intellectuelle menées depuis un demi-siècle. Elle prend en compte les critères actuels d’édition scientifique des textes du Siècle des Lumières. Elle inclut aussi de nombreux inédits tirés, pour la plupart, du fonds Mirabeau des Archives Nationales. Un nouvel inventaire détaillé des manuscrits de François Quesnay et du marquis de Mirabeau permet de mesurer l’intensité des échanges entre ces deux économistes. La nouvelle édition apporte ainsi de nombreux témoignages de la part prépondérante prise par le Docteur aux ouvrages de l’Ami des Hommes, en particulier la Théorie de l’impôt (1760) et la Philosophie rurale (1763).

De même, le texte intitulé Despotisme de la Chine est publié ici pour la première fois sur la base du manuscrit tiré des archives Du Pont de Nemours et de l’édition de 1767 parue dans les Éphémérides du citoyen de l’abbé Baudeau. C’est un document nouveau qui résulte aujourd’hui de la comparaison des deux états du textes : un essai de sociologie générale avant la lettre, une théorie du gouvernement et de l’action du souverain dont Quesnay considérait que la Chine offrait le cas exemplaire.

Rassemblées en une même publication et établies de la manière la plus rigoureuse, ces Œuvres économiques complètes et autres textes procurent aux historiens, aux économistes et aux spécialistes de théorie politique un témoignage capital de ce que pouvait être l’une des conceptions les plus réfléchies de l’économie et de la politique au XVIIIe siècle. Les écrits de Quesnays et de ses disciples, diffusés dans toute l’Europe des Lumières, ont bouleversé les idées qu’on s’y faisait de la science du gouvernement.