Migration, family and ageing

This survey “Migrations, Famille et Vieillissement” (MFV) was an inter-regional survey of national importance conducted in the French overseas départements (DOM). INED is the managing agency and INSEE the prime contractor. It was carried out in the four overseas départements and involved three major categories of respondent: (i) those born in that department; (ii) return migrants (native- born who had emigrated for more than six consecutive months and had moved back at the date of the survey); (iii) immigrants (non- native-born who had moved to that département at the date of the survey). The survey is directly in line with the CNIS recommendation that DOM realities be better covered by public statistics. It surveyed the “general population” living in ordinary households, i.e. all men and women aged 18-79. The questionnaire was so designed that all the respondents were asked about their descendants and parents (socio-demographic characteristics, experience of migration, location, relationships, etc.). The aim is to describe all the intergenerational relationships within a family and acquire information about a significant numbers of people in each department in addition to the information about the respondents themselves. The chosen approach was a common questionnaire for all the DOM, but designed to record the developments specific to each one. The survey also contained “prospective” modules. This was in order to study preparations for retirement among those aged 50 and over, and to examine living conditions among the recently retired (lifestyle, places frequented, relationships with other family members, particularly children and parents, etc.).
Work in 2011 was devoted to data collection, initial data processing, production of survey documentation and publication of preliminary survey results. The survey documentation was completed in the third quarter of 2011 and the production and research archive was set up. 2012 was spent pursuing the data analysis for publication of a book and launching the qualitative surveys. A data analysis group for that purpose was set up on Reunion Island. Similar action is planned for the other three DOM in 2012. A call for projects will be launched inviting research teams to take part in these supplementary surveys, either by repeat interviews with the MFV respondents, or by examining certain themes in greater depth by interviewing non-sample members with comparable characteristics. If funds are available for this research, the respondents’ agreement will be sought to enable the creation of supplementary samples.

Dans les DOM, les autorités publiques locales autant que les responsables nationaux qui ont à connaître de leurs réalités, déplorent de manière régulière un décalage entre l’importance des mutations sociodémographiques à l’œuvre (changements des structures et comportements familiaux, accélération des migrations, effets socio-économiques du vieillissement) et le niveau de l’information statistique disponible sur ces sujets dans ces départements.
En conséquence, nombre d’indicateurs statistiques font encore défaut soit pour aider à définir les politiques publiques adaptées à ces départements soit pour en évaluer l’efficacité. C’est pour répondre à ce besoin qu’a été conduite, pour la première fois dans l’ensemble des quatre départements d’outre-mer, une enquête de grande ampleur sur les mutations de la vie familiale, les ressorts et les obstacles des parcours sociaux, l’impact des migrations et les évolutions des solidarités intergénérationnelles.
Cette enquête inédite qui a pour titre « Migrations, Famille et Vieillissement » (MFV), pour permettre des mises en perspective pertinentes, s’appuie très largement sur celles réalisées récemment au niveau national sur ces thématiques. Elle a reçu du comité du label la qualité d’« enquête inter-régionale d’intérêt national » qui lui également, conféré le caractère « d’enquête obligatoire ». L’Ined en assure la maîtrise d’ouvrage et l’INSEE en a assuré, pour la collecte, la maîtrise d’œuvre.

Les migrations et le vieillissement sont des défis majeurs pour les DOM, même si leurs conséquences se font sentir selon un calendrier et une intensité spécifique à chacun. A la croisée de ces deux dynamiques, la famille et ses changements pèsent sur les stratégies migratoires et déterminent aussi les formes des solidarités intergénérationnelles. Sur toutes ces réalités l’enquête MFV s’efforce d’apporter des éclairages inédits en termes de connaissances scientifiques mais aussi pour l’aide à la définition des politiques publiques.
Les trajectoires migratoires
L’enquête s’est efforcée de retracer les parcours migratoires des populations, en distinguant clairement les « natifs de retour » des « immigrants ».
Elle s’intéresse à la diversité des expériences vécues, aux effets de ces migrations sur la situation actuelle des individus, aux bénéfices qu’ils en ont retirés et aux difficultés rencontrées. Elle renseigne aussi sur les intentions de départ, en particulier des jeunes, premiers concernés par les politiques publiques d’aide à la mobilité. Une attention particulière a été accordée à l’intégration des natifs émigrés dans leur société d’accueil autant qu’à celles des immigrants non natifs résidant dans les DOM.
Vieillissement et solidarités intergénérationnelles
Comme en métropole, le vieillissement démographique et ses conséquences soulèvent des interrogations nouvelles dans les DOM et imposent une meilleure des conditions de vie des personnes âgées et de celles aujourd’hui proches de la retraite (statut, ressources, état de santé, mode de vie). L’ambition est ici d’évaluer (et d’anticiper) les besoins liés au vieillissement et à la perspective de dépendance accentuée du fait même de la progression de l’espérance de vie. Où, et avec qui, vivent et vivront les personnes âgées dépendantes ? Selon quelles modalités les solidarités intergénérationnelles sont-elles (et seront-elles) mobilisées ? Quelle est la part de l’aide offerte par le secteur public ? Celle du secteur privé ? Toutes ces interrogations réclament une investigation approfondie dans chacun des DOM et une vue prospective des enjeux qui s’y attachent.
La famille au centre du projet
Les familles monoparentales, la jeunesse du calendrier de la fécondité, les naissances hors mariage, la diversité des formes d’unions, la proximité géographique entre les générations, l’entraide familiale ou les relations des enfants avec un père non cohabitant, sont autant de phénomènes sociaux tenus pour typique des DOM, mais pourtant rarement décrits statistiquement. Documenter ces points est un des objectifs du « module famille » de MFV. Traitant des relations familiales dans un sens large, l’enquête veille ainsi à bien rendre compte des relations avec les ascendants et les descendants. Il s’agit ici de mieux appréhender les évolutions des comportements familiaux, de saisir leurs nouvelles formes, et de mesurer leur impact sur les stratégies migratoires et les solidarités intergénérationnelles actuelles et futures.
Le vécu des discriminations
En complément des thèmes précédents, l’enquête MFV consacre une place importante à l’étude des discriminations vécues par les populations, en s’efforçant de mettre en lumière les motifs qui leur servent de support : couleur de la peau, appartenance religieuse, origine géographique ou nationale, sexe, orientation sexuelle, etc. Un module spécifique a été consacré aux éventuelles discriminations vécues par les « natifs de retour » durant leur parcours migratoire hors de leur département. Sous ces points, MFV se présente comme une extension adaptée de l’enquête Trajectoire et Origine dans les DOM, où ce thème sera pour la première fois abordé.

Il s’agit d’une enquête en « population générale » vivant en ménage ordinaire. Conçu dans une logique d’ «entourage familial », le questionnaire est organisé de sorte à interroger tous les enquêtés à la fois sur leurs descendants et leurs ascendants (caractéristiques sociodémographiques, expériences migratoires, localisation, relations, etc.). L’ambition est de construire un tableau de composition des familles à l’image du tableau de composition du ménage. Le recul de l’âge limite à 79 ans avait pour but de comparer les trajectoires familiales et migratoires au fil des générations.
En élaborant le questionnaire, le groupe concepteur de MFV s’est efforcé de répondre à deux exigences :
1) saisir la complexité de chacun des thèmes étudiés,
2) permettre des analyses pertinentes de leurs articulations et de leurs combinaisons.
Commun à l’ensemble des DOM, le questionnaire a été conçu. de sorte à saisir les dynamiques propres à chaque département enquêté. Il en va ainsi, à titre d’exemple, du vieillissement aux Antilles, de l’immigration étrangère en Guyane ou de l’impact des politiques publiques de mobilité à La Réunion. Le TCM standard de l’Insee a été intégré pour permettre des rapprochements avec la plupart des enquêtes conduites par l’Institut au niveau régional ou national.
Le déroulé du questionnaire a fait l’objet d’une grande attention. La spécificité des thèmes traités autant que la diversité des groupes retenus dans l’échantillon (natifs, migrants de retour, immigrants) ont conduit à l’élaboration de modules spécifiques à chaque sphère de la vie des enquêtés (famille, cursus de formation, insertion professionnelle, itinéraire migratoire, passage à la retraite, univers des solidarités intergénérationnelles…).
L’enquête contient aussi des modules à visée «prospective ». C’est le cas pour l’étude de la préparation à la retraite des actifs de 50 ans et plus, ou l’examen des conditions de vie des jeunes retraités (mode de consommation, lieux de vie, relation avec les autres membres de la famille, notamment leurs enfants et leurs ascendants directs …).
Un grand soin a été également porté à l’architecture du questionnaire elle-même. Un dispositif précis de filtres a été prévu pour éviter le cumul auprès d’un même individu de questions sans rapport avec sa situation particulière. Cela visait à la fois à assurer la fluidité du déroulé de l’entretien et à en limiter la durée, pour prévenir les effets de lassitude susceptibles de nuire à la qualité de la collecte.
L’enquête a été conduite auprès d’hommes et de femmes de 18 à 79 ans, au sein d’un échantillon représentatif de 4 000 ménages dans chaque département, soit 16 000 au total pour les 4 DOM. Un ensemble de 21 500 ménages a été tiré suivant un plan de sondage stratifié et équilibré, visant à l’équipondération finale de tous les logements tirés.
Dans chaque logement, un individu KISH a été sélectionné par la méthode de la date d’anniversaire la plus proche, pour atteindre la cible de 4 000 répondants validés par DOM. La principale difficulté d’échantillonnage a concerné les « migrants de retour » pour lesquels on ne dispose pas d’une information complète dans le bulletin de recensement. L’information complémentaire permettant de les sélectionner a été trouvée dans l’enquête- emploi.
En cas de maîtrise insuffisante du français par la personne enquêtée, il a été prévu un recours à des interprètes pour une passation optimum du questionnaire. Cette disposition ne s’est appliquée qu’en Guyane où l’on compte une part importante de population immigrée. Un protocole spécifique a été élaboré pour la formation des enquêteurs-interprètes pour les langues portugaise (brésilienne), espagnole, chinoises, les langues créoles à base anglaise, les langues amérindiennes.
Un suivi mensuel de la collecte a été mis en place l’équipe conceptrice en partenariat avec les services statistiques locaux de l’Insee.

List of participants