Quels prénoms les immigrés donnent-ils à leurs enfants en France ?

Communiqué Publié le 08 Avril 2019

Auteurs : Baptiste Coulmont et Patrick Simon

Les prénoms donnés par les immigrés à leurs enfants, et ceux que reçoivent à la génération suivante leurs petits-enfants, sont-ils puisés dans le registre des prénoms des pays d’origine, ou sont-ils au contraire similaires à ceux donnés par la population majoritaire ? Analysant les données de l’enquête Trajectoires et Origines, Baptiste Coulmont et Patrick Simon décrivent la transmission des prénoms d’une génération à l’autre dans les familles d’immigrés et ses variations selon les régions et cultures d’origine.

Les prénoms donnés par les immigrés à leurs enfants nés en France reflètent l’héritage culturel ainsi que les normes dominantes, sachant que ces dernières évoluent : s’appeler Lina, Mila ou Inès pour les filles, Adam, Liam ou Ethan pour les garçons, autant de prénoms dans le top 20 en 2017 – alors que ces prénoms n’étaient quasiment pas choisis en France avant l’an 2000 – est une marque d’adoption des goûts dominants. La convergence entre population majoritaire et descendants d’immigrés ne se fait pas autour de prénoms typiquement « français », mais de prénoms internationaux auxquels tous et toutes peuvent s’identifier. Pour les enfants ou petits-enfants d’immigrés d’origine maghrébine, des prénoms arabo-musulmans continuent en partie à être donnés ainsi que de nouveaux prénoms (Yanis, Rayane ou Lina) perçus comme d’origine maghrébine par la population majoritaire.

Date de publication : 10/04/2019

Pour consulter l’intégralité du communiqué de presse, voir ci-contre boite "Téléchargement"