Mariage et métissage dans les sociétés coloniales – Amériques, Afrique et Iles de l’Océan Indien, XVIe-XXe siècles

le Mercredi 30 Novembre -1 à l’Ined, salle Sauvy, de 11h30 à 12h30

Présenté par Guy Brunet (Université de Lyon 2, en délégation à l’Ined dans l’UR 12) ; Discutant : Vincent Gourdon (CNRS, Centre Roland Mousnier, Université Paris 4 Sorbonne)

La conquête de vastes empires coloniaux par les puissances européennes, suivie par des mouvements migratoires  d’ampleur variable selon les territoires et les époques, a donné naissance à de nouvelles sociétés. Les principaux groupes humains, indigènes, sous différentes appellations, colons d’origine européenne et leurs descendants, et parfois esclaves arrachés au continent africain, se sont mélangés, parfois rapidement et avec une forte intensité, parfois plus tardivement ou marginalement. Les unions, officialisées par des mariages ou restées informelles, ont provoqué l’apparition de nouvelles générations métisses ainsi qu’un phénomène de créolisation. L’effectif de chacun de ces groupes humains, et l’existence éventuelle de barrières entre eux, ont produit des degrés de métissage très divers que les administrateurs des sociétés coloniales ont tenté de classifier.

La présentation proposera une vision synthétique de travaux récents menés par divers chercheurs et réunis dans un ouvrage publié en 2015, puis développera la question du mariage et du métissage au sein des trois principales populations vivant sur le territoire algérien au cours du XIXe siècle, telles que définies par les autorités françaises: les « Indigènes musulmans », les « Indigènes israélites » et les « Européens ».

 

Guy Brunet

Guy Brunet est spécialiste de démographie historique et professeur à l’Université Lumière Lyon 2. Après une thèse d’histoire sociale sous la direction de Maurice Garden (1979), il a participé à des recherches sur les populations concernées par des maladies héréditaires rares et a présenté une thèse de génétique des populations (1992). Maître de Conférences à l’Université Lyon 2 à partir de 1992, il a dirigé pendant 12 ans le Centre d’Etudes Démographiques (EA 3726) de cette université. Titulaire d’une HDR en démographie (1998), il est depuis 1999 Professeur des Universités et actuellement membre du Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes (LARHRA, UMR CNRS 5190). Depuis 2013 Guy Brunet mène avec Kamel Kateb, dans le cadre de l’UR 12 de l’INED, une recherche sur la naissance d’une population dite européenne en Algérie au XIXe siècle et sur la construction des identités en contexte colonial.

Guy Brunet est accueilli en délégation à l’Ined dans le cadre du Labex IPOPs, de septembre 2015 à août 2016