Félicitations à Constance Beaufils pour sa thèse : L’inactivité professionnelle au cours du parcours de vie

10 Novembre 2022

Thèse réalisée à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (Paris-Saclay)  et à l’Institut National d’Études Démographique (Ined)  sous la direction de Emmanuelle Cambois (Ined) et de Olivia Samuel (Université Paris-Nanterre)

Résumé

En dépit de la féminisation du marché du travail, l’inactivité professionnelle est un statut d’emploi surreprésenté dans les parcours de vie féminins, dont le lien avec l’état de santé reste insuffisamment compris. En combinant méthodes quantitatives à partir de deux bases de données longitudinales (SIP, Constances) et méthodes qualitatives à partir de 30 récits de vie, cette thèse vise à identifier dans quels cas l’inactivité professionnelle est liée à un vieillissement en bonne ou mauvaise santé chez les femmes, en distinguant ses temporalités, et les configurations professionnelles, familiales, sociales dans lesquelles elle s’inscrit. Les trajectoires d’emploi marquées par des périodes d’inactivité professionnelle longues, définitives, ou répétées, accompagnent une moins bonne santé mentale après 50 ans. En revanche, les femmes qui ont connu des interruptions temporaires, même longues, sont en meilleure santé que celles qui ont connu des trajectoires d’emploi continues, mais instables, caractérisées par des expositions professionnelles ou par des difficultés d’articulation travail/famille. À côté de ces caractéristiques de l’emploi, l’histoire conjugale et la position sociale définissent aussi les trajectoires d’emploi critiques, en jouant sur les arbitrages entre inactivité professionnelle et emploi, et sur les coûts économiques et symboliques de l’inactivité professionnelle. Pour cela, l’absence de conjoint aux âges élevés, un faible niveau de revenus ou de diplôme, renforcent le désavantage de santé mentale lié à l’inactivité professionnelle longue ou définitive, et aux allers-retours dans l’emploi.