Félicitations à Linh Hoang Khanh Dang pour sa thèse

24 Mai 2022

Risques de décès aux très grands âges de la vie

Thèse réalisée sous la direction de France Meslé, Directrice de recherche à l’Ined, Nadine Ouellette, Professeure à l’Université de Montréal et Carlo Giovanni Camarda, Chercheur à l’Ined

 

Résumé : 

La forme de la courbe de mortalité aux très grands âges reste incertaine. Le débat entre une trajectoire de décélération et une croissance exponentielle avec l’âge n’est pas tranché. Ce manque de consensus est essentiellement dû à la qualité inégale des données et à la variété des hypothèses servant à la modélisation. Cette thèse mobilise des données d’excellente qualité sur les décès survenus en France, en Belgique et au Québec pour identifier la trajectoire la plus plausible aux âges extrêmes par des modèles paramétriques. Nous étudions les différentes lois de probabilité applicables à nos données : loi de Poisson, loi binomiale négative et loi binomiale, en nous appuyant sur une palette d’outils d’évaluation de la performance des modèles (intervalles de confiance, résidus de déviance et critères d’information). L’hétérogénéité de la population, d’abord supposée inobservable, est prise en compte par les modèles de fragilité puis, supposée observable, elle est étudiée par les modèles de l’analyse de survie. Selon les données disponibles, la loi de Poisson reste appropriée pour la modélisation de la mortalité aux très grands âges. Une trajectoire de décélération de la mortalité apparaît comme la plus plausible dans la majorité des populations féminines mais une croissance exponentielle est plus convaincante pour les populations masculines. Une surmortalité masculine est présente dans toutes populations. Et il n’est pas possible d’identifier un plateau de mortalité. Ces résultats ne permettent pas de clore le débat. Pour trancher définitivement sur la forme de la trajectoire de mortalité, les efforts de collecte sur les décès aux très grands âges doivent être poursuivis.

Membres du jury :  

Gustavo De Santis, Professeur, Université de Florence (rapporteur)

Samuel Pavard, Professeur, Muséum national d’Histoire naturelle (rapporteur)

Julien Tomas, Actuaire R&D, Fondation SCOR pour la Science (rapporteur)

Carole Brugeilles, Professeure, Université de Nanterre

Carlo Giovanni Camarda, Chercheur, Institut national d’études démographiques

Nadine Ouellette, Professeure, Université de Montréal

John Wilmoth, Directeur, Division de la population des Nations Unies