Rechercher une publication

Recherche par collection
Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/19412/dt122.gif

Les balbutiements et les retournements de la contraception en Afrique au sud du Sahara

Documents de travail

122, 2004, 148 pages

  • Résumé
  • Introduction
  • I - L’évolution de la fécondité au Sénégal
  • II - L’observatoire de Bandafassi : population et méthodes
  • III - La fécondité à Bandafassi : en légère hausse
  • IV - La contraception à Bandafassi
  • V - Les débuts de la contraception à Bandafassi : un essor rapide, suivi d’une chute
  • Conclusion
  • Remerciements
  • Références bibliographiques

La fécondité est en baisse en Afrique sub-saharienne mais sa diminution est lente. La contraception, qui est l’un des moteurs de la baisse, ne s’est encore que peu diffusée, en particulier dans les campagnes. Pour mieux en comprendre les raisons, nous avons étudié de façon détaillée l’histoire de la diffusion de la contraception dans une population rurale du Sénégal, Bandafassi. Nous avons utilisé pour cela trois sources d’information : une enquête sur la contraception, les données du registre de planification familiale du dispensaire local et les informations de l’observation démographique suivie conduite depuis plus de 30 ans dans cette population.
De façon étonnante, la contraception s’est diffusée extrêmement rapidement dans la région de Bandafassi, mais seulement dans quelques villages proches du dispensaire ou disposant d’un agent de santé efficace. De façon encore plus étonnante, la pratique contraceptive a chuté brutalement au début des années 2000 suite à un changement de personnel infirmier. Dans la population prise ici comme exemple, les freins et les échecs ne tiennent pas tant à une méconnaissance de la contraception de la part de la population ou à un refus de celle-ci, mais plutôt à la qualité des relations qu’entretient le personnel sanitaire avec elle et au fait que la contraception lui est plus ou moins facilement accessible.

Du même auteur