Rechercher une publication

Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/19603/tribalat_assimilation.jpg

De l’immigration à l’assimilation

Collection : Coéditions

1996, 302 pages

Papier

n° ISBN 978-2-7071-2543-9

34,50 €

Enquête sur les populations d’origine étrangère en France. Avec la participation de Patrick Simon et Benoit Riandey. Co-édition Ined/La Découverte

De tout temps, la France a accueilli sur son sol des étrangers, dont les descendants sont devenus des Français à part entière. Mais depuis la fin des «Trente Glorieuses», l’efficacité de son modèle assimilateur, laïque et égalitaire, a été de plus en plus contestée, parfois dans son principe même. Immigration, intégration, assimilation : ces mots se sont chargés d’idéologie et d’affectivité, plus que jamais auparavant. Les réalités complexes qu’ils recouvrent n’en demeurent pas moins. Une approche rigoureuse et scientifique de ces questions était jusqu’alors rendue difficile par l’insuffisance des données : d’où l’importance de cet ouvrage, qui présente les résultats détaillés de la première enquête d’envergure auprès d’un large échantillon d’immigrés et de jeunes d’origine étrangère, menée en 1992 par l’Institut national d’études démographiques (Ined) et l’INSEE - enquête dont une première synthèse avait été proposée par l’auteur, chercheur à l’Ined, dans Faire France (La Découverte, 1995).
Conduite sans a priori, cette enquête s’est intéressée aux aspects essentiels qui déterminent les rapports des populations d’origine étrangère à la société française: apprentissage du français, regroupement familial, abandon ou maintien des pratiques traditionnelles en matière matrimoniale et religieuse, exercice de la citoyenneté (acquisition de la nationalité française, service national, inscription sur les listes électorales)... Sur tous ces points, les données extrêmement riches réunies dans ce livre permettent de dégager deux grandes conclusions. La première est que, globalement, le proçessus d’assimilation continue à fonctionner, de façon beaucoup plus positive qu’on ne le croit souvent. La seconde est qu’il est impossible de parler d’une population immigrée (ou d’origine étrangère), du fait de la diversité des courants migratoires et de leur histoire.

Du même auteur

Sur le même thème