Rechercher une publication

Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/19353/ee_4_leibnitz_9782733210222.jpg

Leibniz et les raisonnements sur la vie humaine

Collection : Études et enquêtes historiques

2001, 66 pages

Papier

n° ISBN 978-2-7332-1022-2

18,00 € Acheter
Préface de Marc BARBUT

Introduction

Leibniz et la population

Première partie

Les calculs de la vie moyenne et leur application aux rentes à vie

Chapitre 1. Les apparences de mortalité
Chapitre 2. La moyenne longueur de la vie humaine
Chapitre 3. La valeur des rentes à vie

Deuxième partie

Les raisonnements sur la vie humaine : réflexions épistémologiques et philosophiques

Chapitre I. Combinatoire et probabilités
Chapitre 2. Le raisonnement, les nombres et la réalité
Conclusion : Hasard et harmonie du monde

Troisième partie

Gottfried Wilhelm Leibniz : les manuscrits sur la population

Inventaire des textes

Essay de quelques raisonnemens nouveaux sur la vie humaine et sur le nombre des hommes

Lexique

Table des matières

Liste des hors-texte et illustrations


La deuxième moitié du XVIIe siècle voit naître en Europe la science de la population et le calcul des probabilités.

Dans une série de manuscrits essentiellement datés des années 1680, Leibniz " raisonne " sur la vie humaine, en modélisant de manière originale le processus de mortalité. Pour cela, il estime les " apparences" de mourir, c’est à dire des probabilités de décéder. Adoptant trois hypothèses fondamentales, il utilise le raisonnement combinatoire pour formaliser l’extinction d’une population et explicite notamment le calcul de l’espérance de vie. Le philosophe s’intéresse également à la mortalité pour attribuer "une juste valeur" aux rentes viagères.

A la façon de Pascal, avec sa géométrie du hasard, Leibniz concilie le rôle de la Providence avec, sinon la liberté humaine, du moins une équiprobabilité des destins individuels. D’un grand intérêt démographique, ces manuscrits ont également une portée philosophique ils sont l’occasion d’établir un dialogue entre l’unité et la multitude, le certain et le possible, le discret et le continu, la nécessité et la contingence, le temps et l’éternité, le déterminisme et la liberté.

 

Du même auteur