Rechercher une publication

Afficher plus de champs
Population 1996, n°3
/fichier/s_rubrique/19799/picto.fr.population.1996.n3.jpg

Population 1996, n°3

1996

Papier

20,00 €
  • La mortalité infantile en URSS en 1979-1980. Résultats d’une enquête inédite - E. M. Andreev, N. Ju. Ksenofontova
  • Une population de pratiquants sportifs et leurs parcours&nbs^;: les cavaliers titulaires d’une licence - Vérène Chevalier
  • Le pasteur Jean-Louis Muret (1715-1796) : de la controverse sur la dépopulation à l’analyse démographique - Cem Behar
  • Changement de paradigme en démographie - Daniel Courgeau, Éva Lelièvre

La conjoncture démographique en France

  • L’évolution démographique récente - France Prioux
  • La cohabitation hors mariage s’installe dans la durée - Laurent Toulemon
  • L’évolution du divorce en France - Jean-Paul Sardon
Notes et documents
  • La pratique des langues locales en Iran - Mehdi Amani
  • Le centre du Mexique : de la suburbanisation vers la mégalopolisation - Ana Maria Chavez galindo, Sandra Savenberg
  • Les suicides en Grande-Bretagne de 1971 à 1992 - Didier Lasalle
  • Les prénoms des protestants au XVIIe siècle - Jacques HOUDAILLE


Bibliographie

Analyse critique

  •  Famille et société. Origines. Histoire. Actualité - A. de Benoist
  • Atlas de la Russie et des pays proches - Roger Brunet, Denis Eckert, Vladimir Kolossov
  • Europe’s Population in the 1990’s - David Coleman (ed)
  • La populazione nel Dogado Veneto nei secoli XVII e XVIII - Mirto Etonti, Fiorenzo Rossi 

 


La mortalité infantile en URSS en 1979-1980. Résultats d’une enquête inédite
E. M. Andreev, N. Ju. Ksenofontova

Les auteurs donnent les résultats d’une vaste enquête menée par la Direction centrale des statistiques de l’URSS sur la différenciation socio-démographique de la mortalité infantile dans les différentes républiques et régions de l’URSS en 1979-1980. Ces résultats n’ont jamais été publiés car ils dérangeaient les autorités.

L’étude traite des écarts de mortalité infantile en fonction du niveau d’instruction, de la nature du travail, des caractéristiques démographiques et de l’appartenance ethnique de la mère.

La conclusion des scientifiques chargés de cette enquête était que les différences constatées provenaient, avant tout, des facteurs socio-culturels et que, sans l’implantation d’une politique de planification familiale, on ne réussirait pas à diminuer la mortalité des enfants. Mais cette position s’est heurtée aux zélateurs des traditions nationales.

L’article comprend une vingtaine de tableaux statistiques, souligne les lacunes d’enregistrement des actes d’état civil et l’importance des modes de vie familiaux.

 

Une population de pratiquants sportifs et leurs parcours. Les cavaliers titulaires d’une licence
Vérène Chevalier

Cet article donne une place centrale à la dimension dynamique des pratiques culturelles et de loisirs en s’intéressant aux parcours des pratiquants et en analysant la répartition et le rythme des événements qui ponctuent ces parcours (entrées, sorties). À travers l’exemple d’une pratique sportive licenciée - les cavaliers de la DNSE -, l’analyse démographique révèle la brièveté de la durée de participation et le caractère très mobile des populations de pratiquants, caractéristiques qui sont masquées par les analyses traditionnelles des structures de ces populations. Les résultats conduisent également à envisager une importante diversité des formes de participation et des parcours dans ces pratiques.

 

Le pasteur Jean-Louis Muret (1715-1796)
Cem Behar

L’œuvre démographique du pasteur suisse Jean-Louis Muret (1715-1796) constitue une contribution importante à l’« Arithmétique Politique ». Sa solide étude de la population du pays de Vaud, publiée en 1766, place Muret au premier rang des « démographes » du XVIIIe siècle. Les innovations techniques y sont, en effet, assez nombreuses. Muret calcule la première table de mortalité féminine selon l’état matrimonial, avec double sortie pour les femmes célibataires. Il est, avec Struyck, le premier à avoir présenté une table de survie de la première année de la vie, divisée en mois, le premier mois étant subdivisé en semaines. Il est aussi le premier chercheur à avoir calculé des indices démographiques « standardisés » : décès, mariages et baptêmes annuels rapportés à une puissance de dix. Il est donc l’inventeur des taux bruts de natalité, de nuptialité et de mortalité.

 

Changement de paradigme en démographie
Daniel Courgeau, Éva Lelièvre

Le paradigme selon lequel le démographe ne peut étudier que l’arrivée d’un événement, et d’un seul, dans une population qui conserve les mêmes caractères tant que le phénomène se manifeste, revient à interdire l’étude des événements multiples, tant interactifs que compétitifs. Cela conduit à décomposer la population étudiée en un nombre toujours croissant de sous-populations dont la taille devient rapidement trop faible pour réaliser une analyse valide. Il est, dès lors, nécessaire de changer ce paradigme pour pouvoir réaliser une analyse simultanée des interactions entre événements et de l’hétérogénéité de la population.

Le nouveau paradigme va envisager les trajectoires individuelles dans une plus grande complexité : chacune dépendant, à chaque moment, des expériences antérieures et des informations dont disposent les individus sur le monde qui les entoure. Ce changement de perspective ouvre la voie à l’analyse des biographies, développée maintenant depuis plus de 15 ans.