Rechercher une publication

Recherche par collection
Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/25576/cahen.jpg

Gouverner les mœurs

La lutte contre l’avortement en France, 1890-1950

Collection : Études et enquêtes historiques

2016, 416 pages

n° ISBN 9782733210628

27,00 €

Préface. Lutter contre l’avortement. Histoire d’une passion biopolitique. Paul-André Rosental

Introduction

Première partie. Genèse d’un fléau social

Chapitre I. Les conditions d’une mise en accusation

Chapitre II. La prohibition souple

Deuxième partie. Comment combattre l’avortement ?

Chapitre III. Une croisade pour la « vie »

Chapitre IV. Construire une politique de lutte

Troisième partie. Haine de l’avortement et renforcement de l’État

Chapitre V. L’exacerbation

Chapitre VI. L’effort de rationalisation institutionnelle

Chapitre VII. Le double apogée de la répression

Quatrième partie. Redéfinition des politiques de la vie et maillage médico-social

Chapitre VIII. L’heure du doute

Chapitre IX. Les dernières cartes : éducation, responsabilisation, face-à-face

Conclusion générale

Sources et références bibliographiques

Annexes

Index des combattants anti-avortement

Pratique secrète prohibée jusqu’en 1975, l’avortement « criminel » fit l’objet d’une lutte acharnée qui, de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle, occupa une foule de protagonistes et mobilisa d’importants moyens privés et publics. La tentative d’éradication de ce « fléau social », orchestrée jusqu’aux plus hauts sommets de l’État, relève d’une histoire conjointe des savoirs scientifiques, des institutions politiques et des groupes militants et professionnels. L’auteur restitue cette complexité en suivant au plus près les acteurs engagés dans ce combat et en révélant la grande diversité des modalités d’une entreprise qui ne se limite pas à la répression. La lutte contre l’avortement clandestin se heurte à une réalité que l’étude permet de mieux saisir : une activité sociale parfois très organisée, capable de déjouer constamment les autorités. En ce sens, l’ouvrage pose clairement la question de la gouvernabilité des comportements démographiques et d’une régulation effective des mœurs, ouvrant une réflexion sur l’impact social de l’action publique.

Fabrice Cahen est historien, chercheur à l’Ined et membre du groupe Esopp (EHESS/CRH, Sciences Po). Ses travaux portent sur la régulation sociale et politique de la reproduction humaine dans la France contemporaine.

Du même auteur

Sur le même thème