Rechercher une publication

Recherche par collection
Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/19144/picto.fr.population.societes.2011.476.deux.enfants.femme.2010.jpg

Deux enfants par femme dans la France de 2010 : la fécondité serait-elle insensible à la crise économique ?

Population et Sociétés

476, mars 2011

n° ISSN 0184 77 83

Contrairement aux attentes, le nombre de naissances a continué à augmenter en France en 2010 malgré la crise économique. La hausse du chômage, au lieu de faire baisser la fécondité, l’aurait-elle au contraire augmentée ? Les femmes sans emploi profiteraient-elles de leur disponibilité pour faire des enfants ? Afin d’y voir plus clair, Gilles Pison analyse les relations entre conjoncture économique et fécondité en France et dans les autres pays développés, notamment en période de récession.
En France, l’indicateur de fécondité a continué à augmenter en 2010 (2,00 enfants par femme contre 1,99 en 2009), alors qu’il diminue généralement à la suite de ralentissements économiques. La dernière récession est survenue lors d’une période où la fécondité était en hausse dans la majorité des pays occidentaux. La récession a inversé le mouvement et provoqué sa baisse comme on a pu l’observer aux États-Unis, ou a freiné sa hausse comme en Russie. La France est probablement dans ce dernier cas : sans la crise, l’indicateur de fécondité aurait sans doute augmenté encore plus et dépassé deux enfants par femme en métropole.

Du même auteur

Sur le même thème