Rechercher une publication

Recherche par collection
Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/19161/picto.fr.population.societes.2012.493.allemandes.actives.francaises.jpg

Les Allemandes plus actives que les Françaises ?

Population et Sociétés

493, octobre 2012

n° ISSN 01847783

Le marché du travail se porte mieux en Allemagne qu’en France, le taux d’emploi des femmes y est en particulier plus élevé. Pourtant, elles ont plus de difficultés à concilier travail et famille qu’en France. Portant un regard critique sur les indicateurs d’emploi et la façon dont ils sont calculés, Anne Salles nous explique pourquoi les Allemandes apparaissent plus actives que les Françaises et ce qu’il en est réellement.
L’Allemagne affiche un taux d’emploi féminin en hausse sensible et désormais supérieur à celui de la France (66 % contre 60 % en 2010 selon Eurostat). Il faut cependant nuancer ce constat. La hausse du taux allemand est avant tout due à l’essor du travail à temps partiel (45 % en Allemagne et 30 % en France parmi les femmes actives de 15 à 64 ans). Le taux d’emploi en équivalent temps plein reste plus élevé en France qu’en Allemagne. Les Françaises ne sont pas moins actives que les Allemandes, elles le sont autrement : elles entrent plus tard sur le marché du travail et en sortent plus tôt, elles sont proportionnellement moins nombreuses à travailler, mais ont des journées plus longues, et elles continuent plus fréquemment à travailler quand elles ont des enfants. L’offre de garde est plus développée en France qu’en Allemagne et le travail des mères mieux accepté. La conviction est encore largement partagée en Allemagne qu’une bonne mère doit s’occuper elle-même de son bébé et ne pas partir travailler en le laissant à la crèche dans la journée. Les mères tendent ainsi à se limiter à un statut de pourvoyeuse de salaire de complément.

Du même auteur

Sur le même thème