Rechercher une publication

Recherche par collection
Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/19110/picto.fr.population.societes.2008.442.migrations.internationales.europe.jpg

Les migrations internationales en Europe : vers l’harmonisation des statistiques

Population et Sociétés

442, février 2008

n° ISSN 0184 77 83

Les flux d’immigration mesurés dans les différents pays de l’Union européenne varient beaucoup d’un pays à l’autre, et il en est de même des flux d’émigration. Mais les statistiques ne sont pas élaborées de la même façon, ce qui complique les comparaisons. Xavier Thierry nous en explique les raisons, qui tiennent à une définition variable du migrant international selon les pays, et à des différences dans les sources utilisées - enquêtes ou fichiers administratifs.

 

 

Les statistiques d’entrées et de sorties de migrants sont peu comparables entre les divers pays de l’Union européenne. La définition du migrant international n’est souvent pas la même, certains pays comptant par exemple les demandeurs d’asile ou les étudiants, d’autres, non. La durée de séjour minimal varie également, allant de quelques jours seulement en Allemagne et en Espagne à un an au Royaume-Uni et en Suède. Enfin, les sources d’informations ne sont pas les mêmes, les pays ayant des registres de population se fondant principalement sur eux alors que ceux n’en ayant pas se tournent vers d’autres sources (enquête aux frontières au Royaume-Uni, fichiers administratifs de visites médicales ou de titres de séjour en France). Pour améliorer la comparabilité des statistiques, l’Union européenne a adopté un règlement enjoignant les pays à compter tous les mouvements d’une durée de séjour d’au moins un an, quel que soit le motif.

Du même auteur

Sur le même thème