Maxime Lescurieux

Doctorant
maxime.lescurieux@ined.fr
Secrétariat : Sandrine Kochersperger +33 (0)1 56 06 20 49

Domaine(s) de recherche

Genre
Stratification sociale
Syndicalisme
Relations professionnelles
Articulation des temps de vie
Sociologie du travail

Équipes de recherche

Démographie économique

Quelques publications

Communications
Lescurieux M., Articuler travail reproductif et engagement syndical. Un enjeu négligé par les politiques de mixité ? Communication au congrès de l’association française de sociologie (AFS) RT 48.
Lescurieux M., Mesure et démesure des rapports de pouvoir dans l’engagement et la pratique syndicale en entreprise. Un état des lieux de la situation française en 2010. Communication à la journée doctorale de l’INED.
Lambert A., Lescurieux M., La division sexuée du travail syndical. Engagement syndical et disponibilité biographique chez les hôtesses et stewards du transport aérien, Communication au congrès de l’association internationale des sociologues de langue française (AISLF).
Lambert A., Remillon D., Lescurieux M., Travail mobile et inégalités de carrières entre hommes et femmes. Analyse comparée des hôtesses et des stewards dans le transport aérien, Communication aux journées internationales de sociologie du travail (JIST).

Activités d’enseignement, autres fonctions, titres

Résumé de la thèse

Le thème "genre et syndicats" reste peu
développé en France, et surtout ne fait
quasiment l’objet d’aucune étude quantitative,
contrairement aux recherches européennes et
anglo-saxonnes, qui ont développé beaucoup de
réflexions sur l’articulation vie familiale /
engagement syndical. Ce projet permet
d’éclairer une des dimensions souvent négligée
à l’origine des inégalités et discriminations
au travail qui pèsent sur les femmes, leur
sous-représentation des institutions censées
pourtant représenter l’intérêt des salariés.
Même si les syndicats sont faibles en adhérents
en France (8%), ils sont forts par leur pouvoir
d’action (négociation collective, organismes
paritaires, mobilisations). Éclairer le poids
de la "disponibilité biographique" dans
l’engagement syndical est une des manières de
faire de la sociologie du genre qui étudie
comment les rapports de pouvoir traversent les
sphères sociales (professionnelles, militantes,
intimes). Ce projet de thèse visera aussi à
éclairer l’articulation entre genre et classe,
car l’engagement syndical et surtout l’accès
aux postes à responsabilités semble lui aussi
marqué par le "levier de la qualification"
(avec des femmes cadres et diplômées dont la
prise de responsabilités est facilité).