Population et environnement

Ce projet s’ordonne autour de l’analyse de trois relations majeures dans le champ de la recherche consacrée aux interactions entre population et environnement : relation entre croissance démographique et changements environnementaux, relation entre migration et environnement et relation entre santé et environnement.

La recherche consacrée aux relations entre population et environnement a mis l'accent sur les effets de la croissance démographique sur les changements environnementaux sans pouvoir tirer de conclusions simples. Plus récemment, en lien avec le changement climatique et les catastrophes environnementales, c'est la relation entre migration et environnement qui a fait l'objet d'une très grande attention. Quant à la thématique santé et environnement, en dépit de son importance, elle est du fait de son extrême complexité moins fréquemment abordée.

Il n'existe toujours pas de consensus sur la responsabilité de la croissance démographique dans les transformations de l'environnement observées tant à une échelle planétaire que locale. En Asie et en Afrique, certains pays sont toujours confrontés à une croissance rapide de leur population : comment y font-ils face d'un point de vue environnemental? Qu'en est-il de l'usage des terres ? De l'évolution de la qualité des sols? Des besoins en eau et de leur satisfaction ? L'exode rural allège la pression démographique dans les campagnes mais l'urbanisation à laquelle il contribue est susceptible de freiner le développement ou de favoriser des dégradations environnementales ? Comment les sociétés gèrent-elles des hausses continues des densités de population ? Le deuxième axe de ce projet porte sur la relation entre migration et environnement. Il s’avère que la migration est à la fois un facteur de transformation de l’environnement et une réponse à un changement de ce dernier, mais l’accent est aujourd’hui avant tout mis sur la migration comme conséquence d’une transformation de l’environnement. Il est ainsi fréquemment question de migrations climatiques, voire de migrations environnementales et des estimations de nombres de migrants environnementaux sont proposées. Toutefois, ce lien entre migration et environnement est loin d’être mécanique et il existe, dans les diverses formes de mobilité, tout un continuum allant de déplacements très temporaires en cas d’inondations par exemple à des migrations définitives si, par exemple, la désertification d'une région y rend toute vie impossible. La mesure des migrations environnementales est d’autant plus délicate que la distinction entre variables économiques et variables environnementales peut-être incertaine, comme dans le cas d'une baisse de productivité des sols liée à surexploitation et à des épisodes de sècheresse. Ce projet entend aussi aborder le champ des relations entre santé et environnement. Des transformations de l’environnement comme la déforestation peuvent en effet avoir des effets sur la santé des populations (cas du paludisme par exemple). Il s’agit à ce stade de dresser un état de l’art sur la relation entre santé et environnement.

Les données utilisées dans le cadre de ce projet sont diverses. IL s'agit aussi bien de données fournies par les institutions internationales à l'échelle des pays que de données issues d'enquêtes spécifiques et locales. La question du couplage entre données démographiques et données environnementales issues de diverses sources est centrale et fera l'objet d'une attention toute particulière. Des enquêtes qualitatives pourront venir compléter l'information quantitative de manière à permettre de préciser certains processus.

Participants