Pourquoi autrefois les parents faisaient plus d’enfants que maintenant ?

Autrefois, les parents mettaient au monde 5 à 6 enfants en moyenne, mais une partie d’entre eux mouraient peu après leur naissance ou dans leurs premières années. Par exemple, au XVIIIe siècle, en France, il n’en restait que la moitié encore en vie à 10 ans, et seulement un tiers atteignait l’âge adulte. Pour augmenter les chances d’avoir des enfants vivants, les parents en mettaient donc beaucoup au monde. Aujourd’hui, la mortalité a reculé, les décès d’enfants sont devenus très rares dans beaucoup de pays. Les enfants sont pratiquement assurés de devenir grand. Il n’est donc plus besoin d’en mettre au monde beaucoup pour avoir des enfants adultes

Une autre raison a poussé les parents à avoir moins d’enfants : le souci de leur donner tout ce qu’il faut pour bien démarrer dans la vie, de façon à ce qu’ils aient une meilleure situation que les parents. Cela veut dire leur donner une bonne instruction, de la terre, un capital. Or les parents ont des moyens limités. Quand il faut les partager entre de nombreux enfants, ça ne fait pas beaucoup pour chacun. D’où l’idée d’avoir peu d’enfants, mais chacun mieux doté pour la vie.

Source : Pour les données de 2011 : Couples et familles, Insee Références, Édition 2015

Mise à jour : 15/06/2017