Conjoncture Canada et USA

La démographie du Canada et des États-Unis des années 1980 aux années 2000

La démographie du Canada et des États-Unis se caractérise par son dynamisme depuis le début des années 1980.

Au Canada, l’essentiel de la croissance démographique se nourrit d’un taux d’accroissement migratoire largement positif. La fécondité s’est stabilisée depuis une trentaine d’années à un niveau un peu supérieur à 1,5 enfant par femme tandis que la mortalité a continué à se réduire, avec une espérance de vie à la naissance qui atteint 78 ans pour les hommes et 83 ans pour les femmes en 2007.

De tels niveaux impliquent un vieillissement progressif de la population, dont l’âge médian a augmenté de 7 ans entre 1980 et 2007. Environ une personne sur sept y est aujourd’hui âgée de 65 ans ou plus. L’accroissement naturel y est faible, bien que toujours supérieur à zéro puisqu’il s’établit à 4 ‰ en 2008-2009, mais ajouté à un accroissement migratoire qui atteint 9 ‰, la croissance démographique totale (presque 1,3 % par an) est toujours vigoureuse, en particulier si on la compare à celle des pays européens.

Elle est un peu plus faible aux États-Unis (0,9 %), mais le rôle de l’accroissement naturel y est plus important grâce à un niveau de fécondité proche du seuil de remplacement des générations. La différence actuelle de fécondité entre les deux pays s’explique essentiellement par des taux beaucoup plus élevés qu’au Canada parmi les femmes de moins de 30 ans. La mortalité y est également plus élevée : l’espérance de vie à la naissance y atteint 76 ans pour les hommes et 81 ans pour les femmes en 2009. Les États-Unis accueillent le plus grand nombre d’immigrants au monde avec environ un million d’entrées par an, mais rapporté à la population, ce chiffre représente un taux d’immigration deux fois moindre que celui observé au Canada où une personne sur cinq est née à l’étranger, contre une sur huit aux États-Unis.

L’évolution récente de la fécondité, de la mortalité et des migrations internationales dans les deux pays d’Amérique du Nord leur garantit un avenir démographique plus dynamique que dans la vaste majorité des autres pays à hauts revenus, avec une population qui continuera à croître, bien que de moins en moins vigoureusement au cours des quarante prochaines années, et un processus de vieillissement démographique qui se déroulera aux États-Unis plus lentement qu’ailleurs. Le problème démographique le plus aigu actuellement n’est donc pas, comme en Europe, un déclin annoncé de la population, mais des inégalités géographiques et sociales qui n’ont cessé de croître depuis le début des années 1980 et se traduisent en particulier par des différences considérables en matière de santé et de mortalité entre régions et groupes sociaux.