Fin de vie en France

Les trajectoires de fin de vie

Si près de 2 personnes sur 3 décèdent à l’hôpital, l’analyse des parcours suivis durant le dernier mois de l’existence nuance ce résultat.


Ce décès est, en effet, intervenu au terme d’un séjour plus ou moins long à l’hôpital : 39,3 % des personnes décédées à l’hôpital y ont passé leurs quatre dernières semaines de vie, un tiers d’une à quatre semaines et 28 % ne s’y sont rendues que dans la dernière semaine de leur vie.

La durée du séjour au cours du dernier mois varie selon la cause de décès.

Pour un patient atteint de troubles mentaux, mourir à l’hôpital signifie généralement (67,1 %) y avoir passé le dernier mois de sa vie.

Les victimes de cancer se caractérisent également par de longs séjours : dans près d’un cas sur deux (48,6 %), le décès survient après un séjour d’un mois entier et pour 16,4 % seulement des cas après une semaine.

À l’inverse, les personnes qui décèdent à l’hôpital de maladies cardiovasculaires, de l’appareil respiratoire ou de l’appareil digestif font l’objet de transferts plus tardifs : 36 % à 38,1 % y entrent la dernière semaine de leur vie.