iPOPs

Laboratoire d’excellence iPOPs

Le projet iPOPs (Individus, Populations, Sociétés) présenté par l’Ined en partenariat avec le campus Condorcet, les universités Paris I, Paris Descartes, Bordeaux IV et Strasbourg fait partie des cent laboratoires d’excellence (Labex) de la première vague des investissements d’avenir. Il avait été retenu parmi les 240 projets déposés après l’appel d’offres lancé en 2010.

De nouvelles questions de recherche

Les transformations récentes des sociétés développées ont mis sur le devant de la scène de nouvelles questions de recherche pour lesquelles l’approche démographique, dans une perspective résolument interdisciplinaire, est indispensable. Au premier rang de ces questions se trouvent celles des nouvelles configurations familiales et du vieillissement ainsi que de leurs interdépendances, thème central du Labex iPOPs. Pour rendre compte des changements actuels, il importe de lier dynamiques familiales (cohabitation et mobilités, familles monoparentales, recomposées), modifications du marché du travail, transformations des relations intergénérationnelles et de genre, évolution de la santé des populations et vieillissement de la population (retraites, dépendance aux grands âges, conditions de fin de vie, etc.).

Une stratégie reposant sur quatre piliers

La stratégie du Labex iPOPs s’appuie sur quatre piliers : axes de recherche, infrastructures, enseignement et valorisation. Le projet scientifique s’articule autour de deux thématiques : dynamiques familiales et vieillissement ; inégalités sociales, de genre et de générations. Ces thématiques sont considérées en relation étroite car elles renvoient toutes deux à la nature du contrat social liant les individus, les familles et l’Etat. Les événements des parcours de vie qui sont analysés (mise en union, entrée sur le marché du travail, rupture d’union, passage à la retraite, entrée dans la dépendance, etc.) sont soumis à des déterminants sociodémographiques (genre et milieu social) ; ils sont inscrits dans l’histoire (différences entre générations) ; ils relèvent aussi du contexte sociopolitique, tout en le déterminant dans le même temps en partie.
Pour mener à bien ces recherches, deux axes méthodologiques sont privilégiés : analyse des parcours de vie et méthode comparative à une échelle internationale.
Ces recherches s’appuient sur la réalisation de grandes cohortes sociales à visée comparative, en particulier l’enquête Erfi (Etude des relations familiales et intergénérationnelles), qui fait partie du programme européen GGP (Generations and Gender Program), complétée par la cohorte Elfe pour la situation des enfants depuis la naissance et par l’enquête Famille et logements pour obtenir des données de cadrage.
Une bonne articulation entre recherche et formation à la recherche était l’une des conditions majeures de réalisation de ce projet. Pour ce faire, il mobilise le potentiel existant dans les universités et développe les synergies entre les différents acteurs, en France et à l’étranger, à travers la constitution d’un fonds d’excellence destiné au financement de doctorants et post doctorants.
Dans le cadre du projet iPOPs, outre la production scientifique au sens strict (publications, communications dans des colloques), un mode de valorisation privilégié est le développement d’une expertise scientifique, notamment sur les politiques publiques, le thème des dynamiques familiales et du vieillissement, comme celui des inégalités, étant au cœur des questions de société actuelles.