@@src2@@

La fécondité des filles de moins de 15 ans dans le monde

Population et Sociétés

601, Juin 2022

https://doi.org/10.3917/popsoc.601.0001

La fécondité des filles de moins de 15 ans dans le monde
Bruno Schoumaker

Université catholique de Louvain
David A. Sánchez-Páez

Université catholique de Louvain

On compterait autour de 400 000 naissances de mères de moins de 15 ans chaque année dans le monde dans les années 2010, soit un taux de fécondité de 13 naissances par an pour 10 000 filles de 10-14 ans. Plus de la moitié surviennent en Afrique subsaharienne où on observe 40 naissances annuelles pour 10 000 filles de 10-14 ans. Le taux de fécondité entre 10 et 14 ans a été divisé par environ six dans le monde depuis le début des années 1970. Dans les pays du Sud, une majorité de ces naissances ont lieu au sein d’unions (mariage ou cohabitation sans mariage).

Fécondité des adolescentes, naissances précoces, mariages précoces, comparaisons internationales, monde, Afrique

Table of contents

      1.

      Combien d’enfants naissent dont la mère a moins de 15 ans ? De telles naissances à des âges très jeunes sont certes rares, mais il est important d’en estimer la fréquence et de savoir dans quels pays elles surviennent. Elles ont en effet des conséquences négatives tant sur la santé des mères et des enfants que sur la scolarisation de ces très jeunes filles qui ont encore l’âge d’aller à l’école. Utilisant les données disponibles, Bruno Schoumaker et David Sánchez-Páez dressent un panorama de la fécondité avant 15 ans dans le monde.

      Dans le monde, la fécondité des adolescentes est bien documentée à partir de l’âge de 15 ans. D’après les sources disponibles (voir encadré), la fécondité entre 15 et 19 ans a été divisée par deux depuis les années 1970. On compte en 2020 environ 4 naissances par an pour 100 jeunes femmes de ce groupe d’âge dans le monde (soit un taux de fécondité d’environ 40 pour mille), contre près du double (environ 80 pour mille) au début des années 1970. Malgré l’augmentation de la population de jeunes, le nombre total de naissances de mères ayant entre 15 et 19 ans a lui aussi diminué depuis les années 1970. Il est passé d’environ 14 millions par an en 1970 à 12 millions en 2020, soit un peu moins d’une naissance sur 10. La fécondité à ces âges varie beaucoup d’une région à l’autre. Elle est la plus élevée en Afrique subsaharienne : chaque année, environ 10 % des jeunes femmes de 15 à 19 ans y mettent au monde un enfant. Elle est environ dix fois plus faible en Europe : une naissance annuelle pour 100 femmes (et moins d’une naissance pour 200 femmes en France).

      1.1. Encadré. Mesurer la fécondité avant 15 ans*

      Dans les pays occidentaux et certains pays d’Amérique latine et d’Asie, les informations sur la fécondité des jeunes adolescentes proviennent principalement des statistiques d’état civil. Elles sont disponibles notamment dans la Human Fertility Database (www.humanfertility.org) et dans les annuaires démographiques des Nations unies.

      Dans de nombreux autres pays, la couverture de l’état civil est insuffisante et les estimations de fécondité avant 15 ans reposent sur des enquêtes démographiques. Bien que ces enquêtes n’interrogent généralement que des femmes ayant entre 15 et 49 ans, les histoires des maternités qui sont recueillies auprès d’elles comprennent toutes leurs naissances, y compris celles survenues avant l’âge de 15 ans. Il est alors possible de mesurer les taux de fécondité entre 10 et 14 ans et leurs évolutions [6]. En combinant plusieurs enquêtes, on peut souvent remonter jusqu’aux années 1970. Dans ce travail, nous avons fusionné toutes les enquêtes disponibles pour chaque pays, calculé les taux de fécondité entre 10 et 14 ans, et lissé les tendances. Les estimations présentées ici sont celles issues des tendances lissées.

      Au total, nous utilisons des estimations de fécondité entre 10 et 14 ans pour 164 pays pour la période la plus récente. Elles sont issues de la Human Fertility Database (33 pays), des annuaires démographiques des Nations unies (36 pays), et d’enquêtes démographiques nationales (93 pays). Pour deux pays (Chine et Arabie saoudite), le taux de fécondité entre 10 et 14 ans est estimé de manière indirecte à partir de la fécondité entre 15 et 19 ans publiée par la Division de la Population des Nations unies [7]. Pour 133 pays, nous comparons aussi les données à deux dates. Les taux font référence en moyenne à l’année 2016 pour les estimations les plus récentes, et 1971 pour celles du début des années 1970. Dans 70 pays du Sud, nous estimons également la part des naissances et des conceptions qui ont lieu dans le cadre d’une union en utilisant les données des enquêtes les plus récentes.

      Note * : Les estimations présentées dans cet article ont en partie été effectuées dans le cadre d’une collaboration avec la Division de la Population des Nations unies (Division de la Population des Nations unies [3]).

      1.1. Les naissances de mères de moins de 15 ans : un phénomène peu étudié jusqu’ici

      Mais qu’en est-il avant l’âge de 15 ans ? Longtemps les démographes ne se sont pas intéressés à ces naissances car elles ne représentent qu’une faible part du total des naissances et n’ont donc que peu d’impact sur la croissance démographique. Ces naissances sont-elles pour autant négligeables ? Les grossesses à ces âges très jeunes ont des conséquences négatives, tant sur la santé et la mortalité des mères et de leurs enfants que sur la scolarisation de ces très jeunes filles qui ont encore l’âge d’être à l’école, au collège ou au lycée [1, 2, 3]. Cependant, la fréquence des maternités parmi ces jeunes adolescentes n’est connue que de façon encore parcellaire. Même si des informations existent, elles n’ont pendant longtemps pas été exploitées, et ce n’est que récemment que des estimations ont été proposées pour les pays du Sud (voir encadré). Nous utilisons ici plusieurs sources d’information pour dresser un panorama de la fécondité avant 15 ans dans le monde et retracer les tendances depuis les années 1970. Pour un sous-ensemble de pays pour lesquels des données sont disponibles, nous examinons également si ces naissances très précoces ont lieu au sein d’une union (mariage ou cohabitation sans mariage) ou hors-union.

      1.2. La fécondité avant 15 ans : de très grandes variations dans le monde

      La fécondité avant 15 ans varie sensiblement entre pays (figure 1). De manière générale, elle est faible dans la plupart des pays occidentaux (moins de 1 naissance par an pour 10 000 filles de 10-14 ans), et c’est en Afrique subsaharienne que s’observent les niveaux les plus élevés, avec en moyenne un peu moins de 40 naissances annuelles pour 10 000 filles de 10-14 ans (et autour de 100 naissances au Niger, en Angola, et au Sud Soudan). En Asie et en Afrique du Nord, les niveaux sont relativement faibles tout en étant plus élevés que dans les pays occidentaux. On y compte environ 5 naissances annuelles pour 10 000 filles de 10-14 ans en moyenne (mais nettement plus dans des pays comme le Soudan et le Bangladesh, et sensiblement moins dans d’autres comme le Maroc et la Chine). En revanche, la fécondité des jeunes adolescentes est plus haute en Amérique latine (environ 20 naissances pour 10 000 filles en moyenne, et plus de 30 en Équateur, au Honduras, ou au Salvador). Sans surprise, les pays où la fécondité avant l’âge de 15 ans est substantielle sont aussi dans l’ensemble ceux où la fécondité entre 15 et 19 ans est élevée.

      1.3. Combien de naissances avant 15 ans dans le monde, et où sont-elles les plus fréquentes ?

      Les estimations du nombre de naissances de mères de moins de 15 ans effectuées par différents auteurs varient entre une valeur basse d’environ 200 000 naissances par an dans le monde [4] et une valeur haute de plus de 770 000 – cette dernière estimation ne vaut que pour les seuls pays en développement, sans inclure les pays développés [5]. Notre estimation, basée sur des données plus complètes et plus récentes que les précédents travaux, se situe entre ces deux valeurs. On compterait autour de 400 000 naissances de ce type par an dans le monde en 2016, dont plus de la moitié en Afrique subsaharienne. Cela représente environ 13 naissances par an pour 10 000 filles de 10-14 ans.

      Le Nigeria, qui combine un taux de fécondité élevé entre 10 et 14 ans (plus de 50 naissances pour 10 000 filles) et un grand nombre de jeunes filles dans ce groupe d’âge (près de 12 millions), est le pays comptant le plus grand nombre absolu de naissances avant 15 ans (tableau). Autour de 2017, un peu moins de 60 000 enfants y naissent de mères de moins de 15 ans au cours d’une année, soit un peu moins de 1 % du total des naissances du Nigeria. En Inde, malgré une population bien plus importante, il y aurait environ 23 000 naissances par an parmi les moins de 15 ans, comme au Bangladesh. On en compte un peu moins de 20 000 en République démocratique du Congo, au Brésil et en Angola. Viennent ensuite d’autres pays d’Afrique, tels que Madagascar, le Mozambique, le Niger et le Soudan. Dans les pays occidentaux, les naissances parmi les jeunes de moins de 15 ans sont moins fréquentes : environ 1 800 naissances par an aux États-Unis, une centaine en France et au Royaume-Uni, une soixantaine au Canada, une vingtaine en Belgique, et deux en Suisse.

      1.4. Dans les pays du Sud, une majorité de ces naissances ont lieu au sein d’unions

      Dans 70 pays du Sud, les données d’enquêtes permettent d’estimer la part des naissances qui ont eu lieu dans une union, qu’il s’agisse d’un mariage ou d’une cohabitation sans mariage. Dans l’ensemble, environ trois quarts des naissances avant 15 ans ont lieu dans le cadre d’une union (figure 2), et pour près d’un quart de ces naissances, l’union a débuté suite à la grossesse (conception avant l’union). Ces données illustrent le lien étroit entre union et maternité, y compris parmi les plus jeunes. Les unions et mariages précoces – parfois bien en-dessous de l’âge légal du mariage et sans possibilité de choix de la part des jeunes filles – favorisent les grossesses, et les grossesses peuvent elles-mêmes entraîner ou accélérer l’entrée en union. Les situations varient cependant selon les régions. En Afrique subsaharienne et en Amérique latine, les naissances hors union sont en effet plus fréquentes (entre 30 % et 40 % des naissances parmi les moins de 15 ans) qu’en Asie et en Afrique du Nord (environ 15 % des naissances à ces âges). La proportion des naissances hors union est aussi plus élevée parmi les moins de 15 ans que parmi les jeunes de 15-19 ans, illustrant bien que les circonstances de ces naissances sont différentes parmi les plus jeunes. Par exemple, les naissances sont moins souvent désirées parmi les plus jeunes, et les écarts d’âges avec les pères sont plus élevés parmi les très jeunes adolescentes (près de 10 ans d’écart en moyenne) que parmi les 15-19 ans (8 ans d’écart).

      1.5. Une diminution au cours des 50 dernières années

      Dans quasiment tous les pays, la fécondité des adolescentes de moins de 15 ans a baissé sensiblement depuis les années 1970 (figure 3). Dans certains pays d’Asie, comme le Bangladesh ou l’Inde, les changements ont été particulièrement prononcés. Le taux de fécondité avant 15 ans a été divisé par environ 10 au Bangladesh, et 30 en Inde. Dans d’autres pays par contre, en particulier en Amérique latine et en Afrique subsaharienne, la baisse a été moindre. Par exemple, en Équateur et en Colombie, elle a été respectivement de 30 % et 40 %. Le taux y est comparable vers 2016 à celui observé au Bangladesh (de l’ordre de 30 pour 10 000). Enfin, malgré des changements importants dans certains pays d’Afrique subsaharienne, la fécondité avant 15 ans reste globalement élevée dans cette région

      Dans les pays occidentaux, la baisse s’est également poursuivie, même si le taux était déjà plus faible qu’ailleurs dans les années 1970 dans de nombreux pays. Aux États-Unis par exemple, il a été divisé par 7 en l’espace de 50 ans, au Royaume-Uni par 4, et en France par 3 environ. En France, on comptait 4 naissances pour 100 000 adolescentes de moins de 15 ans en 2019, contre 11 pour 100 000 en 1971.

      Dans l’ensemble, la baisse – en termes relatifs – a été bien plus prononcée chez les moins de 15 ans que parmi les jeunes femmes ayant entre 15 et 19 ans. Le taux de fécondité entre 10 et 14 ans a été divisé par environ six depuis le début des années 1970, alors qu’il a été divisé par deux chez les 15-19 ans au cours de la même période. La hausse de l’âge au mariage a sans doute joué un rôle important dans ces baisses, en particulier en Asie et en Afrique du Nord. L’augmentation de la scolarisation et un meilleur accès des jeunes aux méthodes contraceptives – bien que très imparfait – ont vraisemblablement aussi contribué à ces changements. Dans certains contextes, une hausse des avortements provoqués a aussi pu contribuer à réduire la fécondité avant 15 ans, mais les données sur ce groupe d’âge sont encore plus limitées qu’aux autres âges.

      ***

      Même si la fécondité parmi les très jeunes filles a fortement baissé au cours des 50 dernières années, on compte plusieurs centaines de milliers de naissances de mère de moins de 15 ans chaque année dans le monde, principalement dans des pays pauvres. Les grossesses chez ces jeunes adolescentes sont vraisemblablement bien plus nombreuses, sans que l’on dispose toutefois d’estimations fiables. Les risques pour la santé des jeunes filles enceintes et de leurs enfants, leur possible rejet par leur entourage, les mariages forcés et les violences de genre qui peuvent les accompagner, sont autant d’enjeux associés aux grossesses aux très jeunes âges. Malgré certaines avancées, le chemin reste long pour que toutes les jeunes filles puissent vivre une enfance sans grossesse et sans enfant.

      Appendix A Références

      1. [3] Division de la Population des Nations unies, 2019a, Fertility among very young adolescents, Population Facts, (1), Nations unies, New York.
      2. [5] WHO, 2020, Adolescent pregnancy, WHO, Genève.
      3. [6] Pullum T.W., Croft T., MacQuarrie K.L.D., 2018, Methods to estimate under-15 fertility using demographic and health surveys data, DHS Methodological Reports, 23, ICF, Rockville.
      Bruno Schoumaker and David A. Sánchez-Páez. Date: 2022-06-13T10:01:00

      On compterait autour de 400 000 naissances de mères de moins de 15 ans chaque année dans le monde dans les années 2010, soit un taux de fécondité de 13 naissances par an pour 10 000 filles de 10-14 ans. Plus de la moitié surviennent en Afrique subsaharienne où on observe 40 naissances annuelles pour 10 000 filles de 10-14 ans. Le taux de fécondité entre 10 et 14 ans a été divisé par environ six dans le monde depuis le début des années 1970. Dans les pays du Sud, une majorité de ces naissances ont lieu au sein d’unions (mariage ou cohabitation sans mariage).

      Bruno Schoumaker
      David A. Sánchez-Páez

      Citer l’article

      Bruno Schoumaker, David A. Sánchez-Páez, La fécondité des filles de moins 15 ans dans le monde, 2022, Population et Sociétés, n° 601

      Cet article peut être reproduit sur papier ou en ligne gratuitement en utilisant notre licence Creative Commons.

      Recevoir l’avis de publication

      Sur le même thème