La mortalité des immigrés en Angleterre et au Pays de Galles

Dans son article « Mortality among migrants and their descendants living in England and Wales », l’auteur Matthew Wallace analyse la mortalité à l’âge adulte (à partir de 20 ans) en Angleterre et au Pays de Galles et étudie les facteurs expliquant pourquoi celle-ci est plus basse chez les immigrés. En particulier, il cherche à savoir si la faible mortalité des immigrés résulte de deux types de biais inhérents à l’étude des populations migrantes : le biais lié au recensement, et le ‘biais du saumon.
Pour conduire cette recherche, l’auteur a mobilisé les données d’une étude longitudinale de l’Office de statistiques nationales et s’est plus particulièrement concentré sur les immigrés originaires du Bangladesh, d’Inde, de Jamaïque et du Pakistan qui sont arrivés entre 1945 et 1962 après la deuxième guerre mondiale.
Dans un premier temps, l’auteur a plus spécifiquement analysé l’impact du biais lié au recensement. Ce type de biais survient quand les immigrés n’informent pas les autorités du pays d’accueil de leur départ. En Angleterre et au Pays de Galles, ceci n’est pas une obligation légale et de nombreux départs de migrants ne sont pas signalés. Avec les données disponibles, l’auteur a pu établir les dates de départ manquantes des immigrés, en utilisant les informations des données du recensement et du registre administratif. Mais, la correction de ce biais n’explique néanmoins pas la faible mortalité des immigrés.
Le deuxième biais, le biais du saumon, part du principe que les immigrés commençant à souffrir d’une longue maladie reviennent mourir dans leur pays d’origine. Ces décès ne seraient donc pas comptabilisés dans les registres de l’Angleterre et du Pays de Galles, ce qui génèrerait une sous-estimation de la mortalité des immigrés. L’auteur a trouvé des preuves de l’existence d’un biais du saumon parmi les immigrés d’Inde, du Pakistan, du Bangladesh et des Caraïbes. Cependant, comme le premier type de biais, la correction/rectification du ‘biais du saumon’ ne permet pas d’expliquer entièrement la faible mortalité des immigrés.
Après avoir pris en compte ces deux biais et démontré que la faible mortalité parmi les immigrés n’était pas un artefact, l’auteur a ensuite étudié plus en détail les schémas de mortalité des immigrés.
L’auteur a découvert que la plus faible mortalité des immigrés se trouvait parmi les jeunes adultes (juste après leur arrivée dans le pays d’accueil) et augmentait avec l’âge (et la durée du séjour). Il a également démontré que la faible mortalité chez les immigrés, toutes causes confondues, pouvait s’expliquer par une faible mortalité due au cancer et aux maladies cardiovasculaires. Enfin, l’auteur a montré que la faible mortalité parmi les immigrés ne se retrouve pas chez leurs descendants. Ces derniers connaissent en effet une mortalité plus élevée, comparable aux natifs.
Ces résultats viennent corroborer la théorie de la sélection selon laquelle les individus qui migrent à l’étranger ne représentent pas un échantillon aléatoire de leur population d’origine, mais un sous-ensemble atypiquement robuste en termes de santé et de mortalité. De plus, les facteurs culturels, comme les attitudes envers le tabagisme et la consommation d’alcool, jouent également un rôle.

Ce Digest fait référence au chapitre d’un livre, synthèse de la thèse de Matthew Wallace qui comprenait quatre articles. Pour accéder aux quatre articles disponibles en ligne :

2018, Can the salmon bias effect explain the migrant mortality advantage in England and Wales? with Hill Kulu. Population, Space and Place, e2146.

2016, Adult mortality among the descendants of immigrants in England and Wales: does a migrant mortality advantage persist beyond the first generation? Journal of Ethnic & Migration Studies, 42(9): 1558-1577. 

2015, Mortality among Immigrants in England and Wales by Major Causes of Death 1971-2012: a Longitudinal Analysis of Register-Based Data. Social Science & Medicine, 147: 209-221, with Hill Kulu.

2014, Low immigrant mortality in England and Wales: a data artefact? Social Science & Medicine, 120: 100-109, with Hill Kulu.

Source : Matthew Wallace, 2017, Mortality among migrants and their descendants living in England and Wales, Migration, health and survival : international perspectives / edited by Frank Trovato, Cheltenham, Northampton : Edward Elgar Publishing, chap. 10, p. 172-192.

Contact : Matthew Wallace

En ligne : décembre 2018