La surmortalité et les hospitalisations en France chez les adolescents souffrant d’une maladie chronique

Face à l’augmentation du nombre d’adolescents souffrant d’une pathologie chronique grave dans les pays à haut revenu - le pronostic vital s’améliorant -, et, de fait, du nombre croissant de patients atteignant l’âge adulte, les auteurs de l’article « Excess mortality and hospitalizations in transitional-age youths with a long-term disease : A national population-based cohort study » ont cherché à estimer la prévalence de ces maladies en France et à évaluer les risques de mortalité et d’hospitalisation par rapport à la population globale entre 14 et 21 ans, une tranche d’âge marquant le passage de l’adolescence à l’âge adulte puisque la prise en charge des patients en pédiatrie s’arrête à 15 ans et que la majorité civile est fixée à 18 ans.

Une étude a donc été conduite à partir d’une cohorte de 61 119 personnes ayant eu 14 ans entre 2005 et 2014. La cohorte est issue de l’échantillon généraliste des bénéficiaires, qui recense tous les soins reçus en France pour un échantillon d’environ 1/100e de l’ensemble des bénéficiaires de l’assurance maladie. Les maladies chroniques faisant l’objet d’une prise en charge à 100 % au titre d’une affection de longue durée y sont également identifiées et enregistrées.

Pour cette étude, 38 pathologies diagnostiquées avant l’âge de 14 ans ont été définies à partir de ces données.

Parmi les 61 119 personnes incluses, 3 % avaient une maladie chronique ainsi définie. Le taux de mortalité entre 14 et 21 ans était 10 fois plus élevé chez les patients atteints d’une affection de longue durée que chez les jeunes de même âge de la population générale.

Si le taux de mortalité est plus élevé chez les garçons parmi les jeunes sans affection de longue durée, l’écart entre les garçons et les filles n’est pas aussi marqué chez les adolescents atteints d’une pathologie chronique.

La probabilité d’hospitalisations de courte durée (médecine, chirurgie, obstétrique) est de 42,7 % pour les adolescents de la population générale, contre 61,8 % chez les jeunes ayant une maladie chronique, mais elle chute fortement à partir de 19 ans chez ces derniers.

Source : Antoine Rachas, Philippe Tuppin, Laurence Meyer, Bruno Falissard, Albert Faye, Nizar Mahlaoui, Elise de La Rochebrochard, Marie Frank, Pierre Durieux, Josiane Warszawski, 2018, "Excess mortality and hospitalizations in transitional-age youths with a long-term disease: A national population-based cohort study", Journal Plos One, March 2018.

Contacts : Antoine Rachas, Philippe Tuppin, Laurence Meyer, Bruno Falissard, Albert Faye, Nizar Mahlaoui, Elise de La Rochebrochard, Marie Frank, Pierre Durieux, Josiane Warszawski

En ligne : novembre 2018