Le congé de paternité en France

Le congé de paternité, mis en place en France en 2002, vise à développer les tout premiers liens entre l’enfant et son père et ainsi à équilibrer le temps consacré aux enfants par les parents. Il dure 11 jours consécutifs pour une naissance simple et 18 jours pour une naissance multiple. À partir des données de l’enquête Elfe, des chercheures de l’Ined ont étudié quel effet pouvait avoir ce congé sur la répartition des tâches domestiques et parentales au sein du couple.

Sept pères sur 10 prennent désormais le congé de paternité. Les pères ayant un diplôme du supérieur le prennent plus fréquemment que les pères peu ou pas diplômés. Ils sont plus souvent en emploi avec un contrat long ou permanent, travaillent plus souvent dans le secteur public que dans le privé, et ont des revenus plus élevés que les pères qui n’utilisent pas le congé. Le recours au congé est également nettement plus fréquent pour une première naissance. Les pères prennent généralement la totalité du congé, et ils le font dans les semaines suivant la naissance.

Congé de paternité et répartition des tâches entre les parents

Le congé paternité permet aux pères de réellement s’investir dans les tâches parentales dès les premiers mois de l’enfant. Lorsque les pères ont pris le congé, la répartition des tâches parentales est moins inégale dans les cinq tâches parentales suivantes : changer les couches, coucher l’enfant, donner le bain, se lever la nuit quand le bébé pleure ou l’emmener chez le médecin.

Ce plus grand partage des activités parentales est particulièrement marqué pour une première naissance. Le temps du congé apparaît donc comme une période d’apprentissage de compétences parentales. Le type de tâche réalisée avec l’enfant varie aussi selon le niveau de diplôme. Ainsi, lorsqu’ils prennent le congé de paternité, les pères non bacheliers vont davantage promener leur enfant alors que les diplômés du supérieur s’occupent davantage des nourrissons au moment du coucher ou l’emmènent plus souvent chez le médecin. Ces activités sont peut-être plus compatibles avec leurs horaires professionnels souvent étendus.
En revanche, on observe peu d’effet du congé paternité sur la répartition des autres tâches domestiques, preuve que les pères l’utilisent vraiment pour s’occuper avant tout de l’enfant. 

Il existe actuellement un débat sur l’allongement de la durée de ce congé, celui-ci étant jugé trop court pour être efficace. Le Premier Ministre a commandé un rapport à l’Inspection Générale des Affaires Sociales sur ce sujet. S’appuyant notamment sur les résultats de nos travaux, ce rapport remis en septembre dernier préconise de porter la durée du congé de paternité à 3 semaines et celle du congé de naissance à 5 jours.

Source : Ariane Pailhé, Anne Solaz, Maxime Tô, 2018, Can Daddies Learn How to Change Nappies? Evidence from a Short Paternity Leave Policy, Document de travail n°240.

Contacts : Ariane Pailhé, Anne Solaz

En ligne : janvier 2019