Lire ce numéroS'abonner en ligneComment les employeurs aident-ils leurs salariés à concilier travail et famille?

couverture_publication

C.Lefèvre, A. Pailhé, A. Solaz

Population et Sociétés

N°440, décembre 2007, 1,50 €. n° ISSN 0184 77 83

En France, l'État mène de longue date une politique familiale visant à soutenir la natalité, avec notamment des mesures pour aider les parents à mieux concilier leur vie familiale et leur vie professionnelle. Quelles contributions les employeurs offrent-ils de leur côté pour compléter ce dispositif ? Le secteur public et le secteur privé s'impliquent-ils autant ? Cécile Lefèvre, Ariane Pailhé et Anne Solaz nous livrent les résultats de l'enquête « Familles et Employeurs », menée auprès des établissements publics ou privés d'au moins 20 salariés

Pour télécharger l'article, voir boîte ci-contre.

Pour recevoir l'avis de parution, voir boite "En savoir plus" ci-contre

Dérouler les informations

Résumé (cliquez sur +)

Les mesures d'aide à la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle proposées par les employeurs prennent plus fréquemment la forme de contributions financières que d'aides en nature. Elles sont d'autant plus répandues qu'elles sont ponctuelles. Ainsi les crèches d'entreprise restent très rares, alors que les employeurs estiment pourtant qu'il s'agit d'une mesure importante. Certains établissements permettent néanmoins des souplesses horaires ou des arrangements informels, souvent au cas par cas. Les prestations offertes par les entreprises publiques et la fonction publique sont nombreuses et variées, et concernent souvent directement les familles avec enfants. Le secteur privé, lorsqu'il s'implique, privilégie les contributions financières et les prestations moins ciblées sur les familles, comme le financement de mutuelles.
Dérouler les informations

Sommaire (cliquez sur +)

  • La majorité des employeurs pensent devoir s'impliquer dans la conciliation
  • Les prestations en nature sont rares et existent surtout dans le public
  • Prestations financières : aides aux enfants dans le public, financement de mutuelles et primes dans le privé
  • Quelques souplesses horaires ponctuelles, peu d'aménagements réguliers
  • En cas de maladie d'un enfant, plus de jours de congé dans le secteur public