Lire ce numéroS'abonner en ligneForces et faiblesses de la démographie américaine face à l’Europe

couverture_publication

Gilles Pison

Population et Sociétés

N°446, juin 2008, 1,50 €. n° ISSN 0184-77-83

Avec 27 pays, la population de l'Union européenne atteint désormais un demi-milliard d'habitants et s'accroît de plus de deux millions d'habitants chaque année. Pourquoi alors cette crainte récurrente d'un déclin démographique ? On oppose souvent la démographie européenne à celle des États-Unis, plus dynamique. La fécondité y est effectivement plus élevée, l'immigration plus soutenue. En revanche, l'espérance de vie y est plus faible. Gilles Pison nous explique les ressemblances et les différences entre les démographies européenne et américaine

Pour télécharger l'article, voir boîte ci-contre.

Pour recevoir l'avis de parution, voir boite "En savoir plus" ci-contre


Dérouler les informations

Résumé (cliquez sur +)

En 2005, l'Union européenne à 25 pays est plus d'une fois et demie plus peuplée que les États-Unis : 463 millions d'habitants contre 296. Mais sa population s'est accrue trois fois et demie moins vite au cours des vingt dernières années. La population américaine bénéficie en effet d'un accroissement migratoire substantiel se rajoutant à un accroissement naturel important, alors que la population européenne ne s'accroît plus guère que grâce à l'immigration. La forte croissance naturelle américaine tient en partie à une fécondité élevée : en 2005, 2,05 enfants en moyenne, contre 1,52 dans l'Union européenne. En revanche, les Américains vivent moins longtemps que les Européens, la différence d'espérance de vie étant particulièrement nette du côté féminin : 80,4 ans contre 82,0 ans.
Dérouler les informations

Sommaire (cliquez sur +)

  • La population de l'Union européenne rattrapée par celle des États-Unis ?
  • Le mystère de la forte fécondité américaine
  • Espérance de vie : les États-Unis à la traîne
  • Croître par élargissement ou immigration