Lire ce numéroS'abonner en ligneSuicide en prison : la France comparée à ses voisins européens

couverture_publication

Géraldine Duthé, Angélique Hazard, Annie Kensey, Jean-Louis Pan Ké Shon

Population et Sociétés

N°462, décembre 2009, 1,50 €. n° ISSN 0184 77 83

La fréquence du suicide est utilisée depuis longtemps comme indicateur des tensions et problèmes d'une société. Elle a beaucoup augmenté dans les prisons françaises depuis 50 ans. Est-ce lié à la surpopulation carcérale comme on l'entend souvent, ou existe-t-il d'autres raisons ? Comment se situe la France par rapport à ses voisins européens 

Pour télécharger l'article, voir boîte ci-contre.

Pour recevoir l'avis de parution, voir boite "En savoir plus" ci-contre

Dérouler les informations

Résumé (cliquez sur +)

Le taux de suicide dans les prisons françaises a quintuplé en 50 ans alors qu'il a dans le même temps peu changé dans la population générale. Au vu de l'évolution du taux d'occupation des prisons, la surpopulation en milieu carcéral ne peut être l'unique raison de cette augmentation. La prison héberge des personnes psychologiquement vulnérables, sujettes au suicide, et en ce sens différentes du reste de la population. Les prévenus se suicident deux fois plus que les condamnés et la fréquence des suicides varie en fonction de la gravité de l'infraction commise. La France présente le taux de suicide carcéral le plus élevé de l'Europe des Quinze, avec des détenus qui se suicident 5 à 6 fois plus que les hommes âgés de 15 à 59 ans.
Dérouler les informations

Sommaire (cliquez sur +)

  • Existe-t-il un lien entre la surpopulation carcérale et le suicide ?
  • Les prévenus se suicident deux fois plus que les condamnés
  • La France et l'Europe des Quinze
  • Pour une meilleure connaissance du suicide en prison