Lire ce numéroS'abonner en ligneLes accidents et agressions corporelles chez les personnes âgées : moins fréquents que chez les jeunes, mais plus graves

couverture_publication

Xavier Thierry

Population et Sociétés

N°468, juin 2010, 1,50 €. n° ISSN 0184 77 83

La crainte d'être agressé est fréquente chez les personnes âgées, mais dans quelle mesure sont-elles effectivement victimes de violences physiques ? Que représentent ces agressions par rapport aux accidents de la vie courante ? Xavier Thierry nous dresse le bilan des violences corporelles subies par les personnes âgées en les comparant à celles que connaissent les plus jeunes.

Pour télécharger l'article, voir boîte ci-contre.

Pour recevoir l'avis de parution, voir boite "En savoir plus" ci-contre 

Dérouler les informations

Résumé (cliquez sur +)

Chaque année, environ 6 % des personnes de 65 ans ou plus se blessent lors d'un accident de la vie courante, contre 15 % des enfants. Les accidents de la vie courante résultent trois fois sur quatre de chutes survenant à domicile ou dans ses abords immédiats chez les personnes âgées, et dans 15 % des cas, de chutes sur la voie publique. En comparaison, chez les personnes plus jeunes, ils surviennent souvent lorsqu'elles font du sport ou lors d'un déplacement professionnel. Moins fréquents que chez les jeunes, ces accidents sont néanmoins plus graves chez les personnes âgées. Les risques d'être agressé physiquement ou d'auto-agression sont nettement moindres que ceux d'un accident de la vie courante chez les personnes âgées : seulement 1 % d'entre elles déclarent avoir subi une agression au cours des deux dernières années, et moins d'une pour mille est hospitalisée chaque année pour une tentative de suicide.
Dérouler les informations

Sommaire (cliquez sur +)

  • Huit accidents ou violences sur dix sont des accidents de la vie courante chez les personnes âgées
  • Les chutes à domicile, première cause d'accident chez les personnes âgées
  • Les personnes âgées sont-elles fréquemment agressées ?
  • Comment ces risques vont-ils évoluer ?