Rechercher une publication

Recherche par collection
Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/18704/picto.fr.population.societes.2014.508.rester.sans.enfant.jpg

Rester sans enfant : un choix de vie à contre-courant

Population et Sociétés

508, février 2014

n° ISSN 01847783

Les personnes sans enfant et déclarant ne pas en vouloir sont relativement rares en France. Qui sont-elles ? Quelles raisons donnent-elles à leur choix ? Le fait de vivre ou non en couple a-t-il une influence ? S’appuyant sur plusieurs enquêtes, dont l’enquête Fecond, Charlotte Debest et Magali Mazuy nous présentent les résultats de leur analyse sur ce choix de vie.

En France, choisir de rester sans enfant est un choix minoritaire dont la fréquence de déclaration n’a pas augmenté depuis deux décennies. Statistiquement, déclarer ne pas vouloir d’enfant est plus fréquent pour les personnes qui ne sont pas en couple, pour les femmes diplômées et les hommes peu diplômés, ou en fin de vie féconde. Grâce aux données de l’enquête Fecond (2010) et d’une enquête qualitative par entretiens, il ressort que plus de la moitié des personnes déclarant vouloir rester sans enfant sont en couple et mobilisent majoritairement des raisons « libertaires », telles qu’ « être bien sans enfant » et « vouloir rester libre ». À contre-courant de la norme du « faire famille », il s’agit pour ces personnes d’affirmer un choix de vie positif et épanouissant.

Du même auteur

Sur le même thème