Les thèses soutenues en 2022 à l’Ined

03 Janvier 2023

Une dizaine de thèses soutenues en 2022

En 2022, onze thèses – portant notamment sur la mortalité, les inégalités de genre, les violences, l’activité professionnelle, les systèmes de retraite ou encore le couple -, ont été soutenues par des doctorants et doctorantes accueillis à l’Ined.

Des chiffres pour déchiffrer l’Empire: les recensements dans le premier Empire colonial français (Antilles, 1763-1804) - Fanny Malègue

??  

Cette thèse a pour but d’analyser les recensements produits dans l’Empire colonial français, entre 1763 et 1804, dans le terrain antillais et de contribuer ainsi à la réflexion sur la construction des formations impériales. Contrairement aux cartes, les recensements n’ont jamais été étudiés comme objets historiques dans un tel contexte, alors qu’ils représentaient pour la Couronne l’une des principales sources d’information et l’un des principaux leviers de gouvernement. Il s’agira d’éclairer les conditions de production, les usages et les effets de ces recensements dans les sociétés esclavagistes des «Isles», qui constituaient le cœur de l‘Empire colonial. En choisissant de mener notre étude au-delà des bornes chronologiques classiques de l’Ancien Régime, nous souhaitons questionner le rôle joué par l’expérience coloniale dans la mise en œuvre des recensements en métropole au XIXème siècle.

Mobilité sociale en cours de carrière et trajectoires de classe. Une contribution à l’étude de la stratification sociale en France entre 1970 et 2015 - Marta Veljkovic

Le 5 décembre 2022 à Sciences Po  

Porteuses des mécanismes de cumul et de compensation des (dés)avantages initiaux, les carrières professionnelles dans les sociétés contemporaines sont à la fois le produit et un des mécanismes de la stratification sociale. Dans la présente thèse, l’analyse de la mobilité sociale en cours de carrière permet de s’intéresser à l’évolution des inégalités de classe et de genre à l’aune des grandes transformations de la structure sociale, du marché du travail et des caractéristiques de la population active en France au cours du demi-siècle passé. À partir des enquêtes Formation-Qualification Professionnelle (Insee, 1970 ; 1977 ; 1985 ; 1993 ; 2003 ; 2014-2015), la dynamique de la mobilité depuis le premier emploi et à cinq ans d’intervalle est observée selon les périodes et au fil des générations. À l’aide de l’enquête Histoire de vie (Insee, 2003), l’analyse de la structure de la mobilité est complétée par une reconstruction annuelle des trajectoires de classe. Les ressorts sociaux de la mobilité sont étudiés en analysant l’origine sociale des individus et leurs parcours conjugaux et parentaux. Les résultats mettent en évidence une évolution lente mais continue des flux de mobilité intragénérationnelle, évolution qui va au-delà de celle qui aurait été produite par le seul changement de la structure sociale au fil du temps. Toutefois, la hausse de l’ampleur de la fluidité de carrière ne s’étant pas accompagnée d’une modification majeure du degré de proximité et de distance entre les différentes classes sociales, les analyses suggèrent un changement seulement partiel du régime de carrière en France, avec une évolution des flux mais un maintien des barrières à la mobilité.  

Administrer l’égalité. Construction, articulation et conduite des politiques catégorielles de la ville de Paris - Manon Torres

Le 5 décembre 2022

Cette recherche propose de comparer quatre politiques publiques de la ville de Paris : les politiques en direction des femmes, des minorités ethno-raciales, des personnes handicapées et des minorités sexuelles et de genre. Elle interroge la construction et le déploiement de ces politiques catégorielles d’égalité en cherchant à saisir la manière dont les acteur·ices politiques, les responsables administratifs et les secteurs associatifs se les approprient. En considérant la genèse, les ressources, les contraintes et les référentiels d’action publique de chaque politique, il s’agit d’analyser d’une part ce que leur production fait à l’action publique, et d’autre part ce que le travail administratif fait à la formalisation de ces causes et à leur construction. Pour analyser les transferts et les frottements qui se produisent entre les politiques d’égalité, il a fallu passer par l’intérieur des institutions, par la fabrication des politiques publiques et donc par le travail bureaucratique. L’enquête est une ethnographie de l’action publique réalisée grâce à une immersion longue au sein de la ville de Paris, par le biais d’observations de la vie de bureau, de la collecte de documents administratifs et d’entretiens avec différent·es acteur·ices - agent·es publics, collaborateur·ices politiques, élu·es, responsables associatifs. L’étude croisée de ces politiques met au jour les tensions produites par le chevauchement des différentes façons de penser les inégalités de genre, de race, de handicap et de sexualité dans l’action publique. En menant une sociologie des réponses institutionnelles aux inégalités, ce travail informe sur la façon dont l’État et les institutions politiques perçoivent, saisissent, assimilent et façonnent les systèmes de domination.

Le sommeil, une variable d’ajustement ? Capucine Rauch

Le 2 décembre 2022 

En testant l’hypothèse de l’utilisation du sommeil comme variable d’ajustement de l’emploi du temps, cette thèse de sociologie quantitative étudie les rythmes de vie des individus sous l’angle du rôle qu’ils confèrent au sommeil. Elle rend compte des mécanismes qui déterminent son utilisation comme variable d’ajustement, des activités auxquelles le sommeil s’ajuste, et analyse dans quelle mesure le rôle de variable d’ajustement joué par le sommeil est distinctif de certains groupes de la population et de leurs rythmes et modes de vie.
Cette thèse contribue à la définition du sommeil comme objet sociologique. A travers l’étude de son utilisation comme variable d’ajustement temporelle, elle met en avant que la place du sommeil dans l’emploi du temps s’ajuste à la position des individus dans la société, reflétant leur place dans les rapports sociaux.
Cette thèse souligne l’effet structurant et durable de la place des individus dans le champ économique sur l’organisation de leur sommeil en montrant que l’activité professionnelle et ses horaires définissent les possibilités d’organisation temporelle des individus, et que cet effet persiste même après la cessation de l’activité professionnelle. Cette thèse souligne le caractère genré du sommeil en confirmant c’est une activité s’inscrivant dans le partage inégalitaire des activités parentales et domestiques, dont l’ajustement incombe principalement aux femmes.
Enfin, cette thèse documente l’effet des questions et de leurs modalités de réponses sur les estimations du temps passé à une activité à travers l’exemple du sommeil.

Violences et écarts aux normes de genre. Enquête sur les trajectoires de femmes victimes de violences sexuelles - Tania Lejbowicz

Le 18 novembre 2022 

Les recherches sur les violences envers les femmes montrent que les minorités sexuelles féminines déclarent plus de violences sexuelles que les autres et que ces agressions sont plus souvent rapportées par des femmes aux comportements sexuels et conjugaux minoritaires (nombre plus important de partenaires sexuel·le·s et de relations de couple, premier rapport sexuel précoce, etc.). Comment comprendre les liens entre ces trajectoires minoritaires et ces expériences de violences ? Pour y répondre, la thèse place le concept d’hétéronormativité au cœur de la réflexion.
L’analyse des données de l’enquête Violences et rapports de genre (Virage, Ined, 2015-2016) et d’entretiens réalisés auprès de femmes victimes de violences sexuelles montre qu’un double mouvement apparaît. Certains aspects des parcours sexuels et conjugaux minoritaires surexposent les femmes à ces faits : les préférences pour le même sexe, un nombre élevé de partenaires, une entrée précoce dans la sexualité. Si ces écarts suscitent des rappels à l’ordre qui se lisent dans les violences sexuelles, ils produisent aussi une mise à distance de ces normes : ces agressions façonnent les parcours sexuels et conjugaux et amènent certaines femmes à s’éloigner des normes de genre. Ces liens n’ont rien d’évident, mais ils présentent des caractéristiques spécifiques. En particulier, les distances à l’hétéronormativité prennent des formes différentes selon la sphère d’exercice des violences, l’âge auquel elles sont subies et les significations que les femmes leur accordent.
Si l’approche en termes d’écarts est éclairante, c’est bien l’ordinaire de la sexualité et ses normes qui favorisent l’exercice de ces agressions tout en contribuant à leur occultation. Ce constat invite à s’intéresser aux rapports des femmes aux violences sexuelles. Identifier, énoncer et dénoncer ces actes supposent certaines conditions et ressources spécifiques: ces trois processus varient d’une femme à l’autre, mais également au sein d’une même trajectoire, ce qui explique une part des écarts de déclarations de violences sexuelles.
En portant un regard démographique et sociologique sur les trajectoires des femmes victimes de violences sexuelles et en s’appuyant sur des données inédites, cette recherche améliore la compréhension des liens entre sexualités minoritaires, violences et rapport de genre, et contribue au renouvellement de la problématisation des violences de genre.

L’inactivité professionnelle au cours du parcours de vie: un déterminant social de la santé des femmes aux âges élevés ? - Constance Beaufils

Le 10 novembre 2022

En dépit de la féminisation du marché du travail, l’inactivité professionnelle est un statut d’emploi surreprésenté dans les parcours de vie féminins, dont le lien avec l’état de santé reste insuffisamment compris. En combinant méthodes quantitatives à partir de deux bases de données longitudinales (SIP, Constances) et méthodes qualitatives à partir de 30 récits de vie, cette thèse vise à identifier dans quels cas l’inactivité professionnelle est liée à un vieillissement en bonne ou mauvaise santé chez les femmes, en distinguant ses temporalités, et les configurations professionnelles, familiales, sociales dans lesquelles elle s’inscrit. Les trajectoires d’emploi marquées par des périodes d’inactivité professionnelle longues, définitives, ou répétées, accompagnent une moins bonne santé mentale après 50 ans. En revanche, les femmes qui ont connu des interruptions temporaires, même longues, sont en meilleure santé que celles qui ont connu des trajectoires d’emploi continues, mais instables, caractérisées par des expositions professionnelles ou par des difficultés d’articulation travail/famille. À côté de ces caractéristiques de l’emploi, l’histoire conjugale et la position sociale définissent aussi les trajectoires d’emploi critiques, en jouant sur les arbitrages entre inactivité professionnelle et emploi, et sur les coûts économiques et symboliques de l’inactivité professionnelle. Pour cela, l’absence de conjoint aux âges élevés, un faible niveau de revenus ou de diplôme, renforcent le désavantage de santé mentale lié à l’inactivité professionnelle longue ou définitive, et aux allers-retours dans l’emploi.

Les systèmes de retraite, le couple et les inégalités de genre à la retraite - Julie Tréguier

Le 30 mai 2022 

Cette thèse vise à améliorer les connaissances sur les inégalités de genre à la retraite. Les inégalités de pension entre les femmes et les hommes sont le reflet de l’acquisition différenciée de droits à la retraite pendant la carrière, conséquence de la division genrée des rôles sociaux au sein des couples. Grâce à une approche empirique et avec l’utilisation de données administratives, cette thèse interroge les inégalités de genre à la retraite au-delà des différences de pension moyenne et évalue le rôle des droits conjugaux à la retraite dans ces inégalités. Une première partie introductive décrit la situation française vis-à-vis des dispositifs de droits conjugaux à la retraite. Une deuxième partie propose de prendre en compte la durée de la retraite dans les inégalités de genre. Le chapitre 2 propose une mesure de la durée de retraite passée en situation de veuvage. Le chapitre 3 analyse les différences de décision de départ entre les femmes et les hommes. La durée passée à la retraite est très hétérogène parmi les individus. Les veuves dont les revenus sont les plus faibles passent plus de temps en situation de veuvage. Par ailleurs, les femmes et les hommes ne prennent pas les mêmes décisions de départ à la retraite car les hommes sont plus sensibles aux incitations financières. Enfin, la troisième partie de cette thèse propose des évaluations de réformes des droits conjugaux à la retraite. Le chapitre 4 évalue ex ante une réforme permettant de maintenir le niveau de vie monétaire des survivants au décès de leur conjoint en France. Le chapitre 5 évalue ex post une réforme néerlandaise pour comprendre les conséquences de la suppression de tels dispositifs sur les revenus des veuves en âge de travailler. Les droits conjugaux à la retraite ne remplissent actuellement pas leur objectif de maintien du niveau de vie suite au décès d’un conjoint pour les survivantes les moins aisées, tandis qu’ils le surcompensent pour d’autres. La suppression de ces dispositifs augmenterait l’offre de travail des veuves en âge de travailler mais amplifierait la proportion de bénéficiaires d’autres prestations sociales.

Risques de décès aux très grands âges de la vie - Dang Hoang Khanh Linh

Le 24 mai 2022

La forme de la courbe de mortalité aux très grands âges reste incertaine. Le débat entre une trajectoire de décélération et une croissance exponentielle avec l’âge n’est pas tranché. Ce manque de consensus est essentiellement dû à la qualité inégale des données et à la variété des hypothèses servant à la modélisation. Cette thèse mobilise des données d’excellente qualité sur les décès survenus en France, en Belgique et au Québec pour identifier la trajectoire la plus plausible aux âges extrêmes par des modèles paramétriques. Nous étudions les différentes lois de probabilité applicables à nos données : loi de Poisson, loi binomiale négative et loi binomiale, en nous appuyant sur une palette d’outils d’évaluation de la performance des modèles (intervalles de confiance, résidus de déviance et critères d’information). L’hétérogénéité de la population, d’abord supposée inobservable, est prise en compte par les modèles de fragilité puis, supposée observable, elle est étudiée par les modèles de l’analyse de survie. Selon les données disponibles, la loi de Poisson reste appropriée pour la modélisation de la mortalité aux très grands âges. Une trajectoire de décélération de la mortalité apparaît comme la plus plausible dans la majorité des populations féminines mais une croissance exponentielle est plus convaincante pour les populations masculines. Une surmortalité masculine est présente dans toutes populations. Et il n’est pas possible d’identifier un plateau de mortalité. Ces résultats ne permettent pas de clore le débat. Pour trancher définitivement sur la forme de la trajectoire de mortalité, les efforts de collecte sur les décès aux très grands âges doivent être poursuivis.

Filles et garçons face aux violences dans la famille. Mesures, caractéristiques, contextes et conséquences - Amélie Charruault

Le 22 février 2022

Cette thèse objective les violences familiales commises à l’encontre des filles et des garçons, à l’échelon de la France métropolitaine, en s’appuyant sur l’analyse de l’enquête en population générale Violences et rapports de genre (Virage, 2015). Si les violences affectent les deux sexes de façon importante, la recherche révèle que les filles sont plus souvent atteintes que les garçons par des actes psychologiques et sexuels surtout, ainsi que par un cumul de violences. Une étude de la typologie des agresseur·e·s montre, en outre, que les violences psychologiques et physiques sont principalement la manifestation d’une transgression de l’autorité parentale sur les enfants des deux sexes. Les violences sexuelles, en revanche, sont le symbole d’une domination masculine qui s’approprie le corps des filles essentiellement. Autre enseignement, les violences sont présentes dans tous les milieux sociaux. Cependant, les adolescent·e·s qui vivaient en l’absence de l’un de leurs parents font davantage état de violences. Aussi, les victimes parlent fréquemment des actes subis à l’entourage, mais parfois tardivement et dénoncent rarement les faits aux autorités. Enfin, certaines étapes d’entrée dans la vie adulte sont plus précoces en cas d’actes violents – rapport sexuel, départ du domicile parental, entrée dans la maternité (en cas de violences sexuelles) pour les femmes, et départ du domicile parental pour les hommes. À long terme, les violences bouleversent également les trajectoires de vie (niveau d’études, emploi, vie affective) et engendrent des fragilités ou un mal-être, plus sensibles chez les femmes.

Niveaux et tendances de la mortalité des personnes âgées en Afrique subsaharienne : comparaison des sources et des estimations - Soumaïla Ouedraogo

Le 27 janvier 2022

Depuis les indépendances, les efforts pour la réduction de la mortalité se sont focalisés sur celle des enfants et des mères encore trop élevées en Afrique subsaharienne. Par la suite, les analyses sur la mortalité maternelle se sont étendues aux adultes de manière générale (15 à 50 voire 60 ans). Au-delà de ces âges, les études sur la mortalité restent peu documentées faute d’un état civil adéquat. Les nombreuses erreurs sur les âges sont sources de biais et rendent difficiles les estimations. Il s’agira donc dans cette thèse de contribuer à améliorer l’état des connaissances sur la mortalité de la frange des adultes âgés de 50 à 79 ans. L’option de restreindre les analyses aux moins de 80 ans permet de circonscrire l’effet des erreurs d’âges qui peuvent être extrêmes aux très grands âges. En partant d’un état des lieux des méthodes existantes, nous examinons dans quelle mesure une exploitation judicieuse de celles-ci peut permettre d’estimer les niveaux et tendances de la mortalité des personnes âgées en mobilisant différentes sources (recensements, enquêtes par sondage auprès des ménages, observatoires de population) disponibles pour plusieurs pays de la région subsaharienne.