Rechercher une publication

Recherche par collection
Afficher plus de champs
Population 2013, n° 1
/fichier/s_rubrique/19834/picto.fr.population.2013.n1.jpg

Population 2013, n° 1

2013

N° ISBN 978-2-7332-31203

20,00 €

Dossier ECAF

  • Sexualité, contraception, grossesses non prévues et recours à l’avortement en Afrique de l’Ouest et au Maroc : l’enquête ECAF - Introduction

Tensions normatives et rapport des femmes à la contraception dans 4 pays africains - Nathalie Bajos, Maria Teixeira, Agnès Adjamagbo, Michèle Ferrand, Agnès Guillaume, Clémentine Rossier, l’équipe ECAF

  • L’entrée en sexualité à Rabat : les nouveaux « arrangements » entre les sexes - Fatima Bakass, Michèle Ferrand, l’équipe ECAF
  • Situations relationnelles et gestion des grossesses non prévues à Dakar - Agnès Adjamagbo, Pierrette Aguessy Koné et l’équipe ECAF
  • Sexualités prénuptiales, rapports de genre et grossesses non prévues à Ouagadougou - Clémentine Rossier, Nathalie Sawadogo, André Soubeiga, l’équipe ECAF
  • Attitudes des professionnels de santé à l’égard de la contraception d’urgence au Ghana et au Burkina Faso - Susannah Mayhew, Ivy Osei, Nathalie Bajos, l’équipe ECAF

ARTICLE

  • Les théories migratoires contemporaines au prisme des textes fondateurs - Victor Piché

BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE

  • Logiciels statistiques appliqués aux sciences sociales
Tensions normatives et rapport des femmes à la contraception dans 4 pays africains

Nathalie Bajos, Maria Teixeira, Agnès Adjamagbo, Michèle Ferrand, Agnès Guillaume, Clémentine Rossier, l’équipe ECAF

Les analyses classiques sur les obstacles au recours à la contraception en Afrique se centrent sur la valeur sociale attribuée à une fécondité élevée, la peur des effets secondaires et l’accès à l’offre. Cet article caractérise l’ensemble des situations qui peuvent être à l’origine d’une grossesse non prévue et identifie les logiques sociales qui en favorisent la survenue. Deux cents entretiens semi-directifs ont été menés dans les capitales du Burkina Faso, du Ghana, du Maroc et du Sénégal en 2006-2007 dans le cadre de l’enquête Emergency Contraception in Africa (ECAF). Les analyses montrent que le respect simultané des normes procréatives et des normes en matière de sexualité, où domine un double standard qui prône l’interdit de la sexualité prémaritale pour les jeunes filles et le primat du plaisir sexuel masculin, favorise les rapports sexuels où la contraception n’est pas ou mal utilisée. Les facteurs sont relativement semblables dans les quatre pays ; toutefois le degré de rigidité des normes concernées diffère d’un pays à l’autre, notamment en matière de sexualité préconjugale. Finalement, la question d’une pratique efficace de la contraception va bien au-delà des « besoins non satisfaits », concept central dans la littérature qui se focalise sur la non-utilisation de la contraception.

L’entrée en sexualité à Rabat : les nouveaux « arrangements » entre les sexes

Fatima Bakass, Michèle Ferrand, l’équipe ECAF

Au Maroc, l’ordre social et religieux repose encore aujourd’hui sur des valeurs telles que l’honneur et le prestige du groupe familial qui proscrivent la sexualité féminine prénuptiale, et font de la préservation de l’hymen la preuve irréfutable de la réussite de l’éducation familiale. À travers l’enquête qualitative ECAF menée entre 2006 et 2008, l’article montre que l’effet cumulé de la crise (qui réduit pour les jeunes hommes l’accès au marché du travail et la possibilité d’entretenir une famille) et de la généralisation de la scolarisation (plus particulièrement des jeunes filles) a entraîné un retard de l’âge au mariage et favorisé le développement d’une sexualité prémaritale. Les individus non mariés vivent alors dans une tension continue entre leurs aspirations affectivo-sexuelles et le respect des normes sociales et religieuses qui considèrent déviante la sexualité hors union. La sexualité étant de plus en plus vécue comme une expérience individuelle, chacun est amené à opérer une sorte de « bricolage culturel », possible du fait que les actes sexuels ne sont pas directement observables et que le contrôle social fléchit avec les transformations de la société. Le recours à une sexualité non pénétrative apparaît alors comme un « arrangement » nouveau entre les sexes, permettant de transgresser l’interdit sur la sexualité prénuptiale tout en en respectant l’élément essentiel : la virginité féminine.

Situations relationnelles et gestion des grossesses non prévues à Dakar

Agnès Adjamagbo, Pierrette Aguessy Koné et l’équipe ECAF

De nombreuses études ont souligné l’augmentation des grossesses non planifiées chez les jeunes en Afrique subsaharienne, mais rares sont celles qui se sont intéressées à l’évolution concomitante des aspirations des jeunes dans les domaines de la sexualité et de la parentalité. À partir d’une recherche menée à Dakar au Sénégal, cet article analyse la complexité des enjeux individuels et collectifs autour d’une grossesse inattendue, et montre que cette notion renvoie à une réflexion plus ample sur les enjeux contraceptifs en début de vie sexuelle. L’étude s’appuie sur 74 récits de vie de femmes et d’hommes recueillis entre 2007 et 2008 à Dakar dans le cadre de la recherche ECAF (Emergency Contraception in Africa) financée par l’Union européenne. La collecte des données repose sur une approche biographique de type qualitative qui met en perspective les trajectoires résidentielle, scolaire, professionnelle, affective ou conjugale, et contraceptive des individus. Les résultats révèlent quatre dimensions structurantes de la relation à la maternité : le contexte relationnel dans lequel la grossesse survient, le jeu de pouvoir entre les différents protagonistes (individus, couples, familles et/ou entourage), les relations de pouvoir fondées sur le genre, et l’insécurité croissante des conditions de vie.

Sexualités prénuptiales, rapports de genre et gross ess es non prévues à Ouagadougou

Clémentine Rossier, Nathalie Sawadogo, André Soubeiga, l’équipe ECAF

La sexualité prémaritale se généralise sur le continent africain, et cette tendance est plus accentuée dans les villes. Bien que l’utilisation du préservatif ait progressé chez les jeunes non mariés, de nombreuses études montrent que les besoins contraceptifs non satisfaits restent importants dans ce sous-groupe de la population. À partir de données qualitatives collectées en 2006 et 2007 à Ouagadougou, Burkina Faso (77 entretiens approfondis avec des jeunes femmes et hommes, enquête Emergency Contraception in Africa - ECAF), cet article montre comment un système de genre inégalitaire contribue à la survenue de grossesses non prévues avant le mariage. L’activité sexuelle prénuptiale des jeunes femmes reste marquée par la recherche de moralité et de mariage (un mariage plus ou moins différé) ; l’activité sexuelle prénuptiale masculine est souvent caractérisée par une valorisation du multi-partenariat et du plaisir masculin. Les logiques qui sous-tendent l’activité sexuelle prénuptiale peuvent amener les individus à vouloir éviter une grossesse à tout prix, ou au contraire, à reléguer la prévention au second plan. Les grossesses non prévues surviennent quand un des partenaires se situe simultanément dans plusieurs logiques à la fois et/ou quand les deux partenaires sont dans des logiques différentes ; dans ce dernier cas, l’asymétrie des motivations des hommes et des femmes place ces dernières en position de vulnérabilité dans la négociation du préservatif.

Attitudes des professionnels de santé à l’égard de la contraception d’urgence au Ghana et au Burkina Faso

Susannah Mayhew, Ivy Osei, Nathalie Bajos, l’équipe ECAF

Les études sur les attitudes et les pratiques des professionnels de santé en Afrique subsaharienne à l’égard de la contraception d’urgence sont rares. De telles données peuvent aider à guider l’élaboration des programmes contraceptifs dans ces pays. Trente et un entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès d’un échantillon ad hoc de professionnels de la santé reproductive au Ghana et au Burkina Faso, lors de l’enquête Emergency Contraception in Africa (ECAF) menée en 2006-2007. Une typologie des réponses a été établie, reflétant à la fois leurs attitudes et leurs pratiques vis-à-vis de la contraception d’urgence. Leurs attitudes y sont largement favorables. Si la plupart des professionnels du Burkina Faso craignent qu’un usage régulier remplace le recours au préservatif, accroissant ainsi le risque d’infection par le VIH, ils sont nombreux au Ghana à souligner que la contraception d’urgence pourrait permettre de réduire le nombre de grossesses non souhaitées. Globalement, les répondants souhaitent limiter la distribution de la contraception d’urgence aux centres de soins et aux pharmacies, et leur pratique de prescription apparaît « réactive » plutôt que « proactive ». Leurs attitudes à l’égard des personnes qui demandent la contraception d’urgence sont variées : celles et ceux qui ont subi un échec contraceptif dû à la méthode utilisée sont mieux perçus que celles et ceux qui viennent parce qu’ayant mal utilisé leur contraceptif ou pas utilisé du tout.

Les théories migratoires contemporaines au prisme des textes fondateurs

Victor Piché

L’objectif de cet article est de rendre compte de l’évolution des théories migratoires contemporaines à partir de 20 textes fondateurs et regroupés pour la première fois dans un manuel (Piché V., 2013, Les théories de la migration, Ined). Ils sont à l’origine d’avancées significatives dans l’explication des migrations, leurs causes et leurs effets. On voit ainsi se développer des théories qui, privilégiant d’abord des approches micro-individuelles centrées sur l’analyse coût-bénéfice, vont peu à peu intégrer les facteurs macro-structurels. L’analyse des réseaux migratoires occupe une place centrale aussi bien dans les cadres explicatifs que dans les travaux à propos des effets de la migration sur le développement économique. L’approche en termes de rapports de genre dans les décisions migratoires complète cette analyse. Le cadre analytique proposé ici présente la migration comme un phénomène multifactoriel et multidimensionnel, qui intègre trois dimensions principales : l’origine et la destination ; les niveaux d’analyse micro, méso, macro et global ; les aspects économiques, sociaux et politiques. Plutôt que de s’opposer, chaque approche apporte un éclairage spécifique et toute explication des phénomènes migratoires doit en tenir compte, ainsi que l’élaboration et l’évaluation des politiques migratoires.

Cet article est en téléchargement dans la boîte "Téléchargement(s)"