Rechercher une publication

Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/19375/cl_duvillard_9782733210376.jpg

Principes et formules du calcul des probabilités pour assigner les limites des variations des évènements naturels (1813)

Collection : Classiques de l’Économie
et de la Population

2010, 448 pages

Papier

n° ISBN 978-2-7332-1037-6

30,50 € Acheter
  • Avant-propos
  • Duvillard et la mathématique sociale par Luca Dell’Aglio et Giorgio Israel
  • Sur la confection des tables de mortalité
  • Expression de la Loi de mortalité
  • Théorie et principales formules de l’analyse des hazards employées dans cet ouvrage
  • Applications de la Théorie des hazards et des Formules aux différens mouvemens de la Population en France
  • Des Forces vitales et des Forces destructives des individus et des générations
  • Effet de la Loi de mortalité sur les mariages
  • Extrait du memoire de Tramblay (ac. de Berlin 1796, p. 17)
  • Références bibliographiques

Emmanuel-Étienne Duvillard de Durand (1755-1832), connu pour ses activités d’actuaire et l’élaboration de tables de mortalité, a été longtemps ignoré pour sa contribution à l’analyse de la mathématique sociale et en particulier à la modélisation mathématique de la mortalité. Ses tentatives pour entrer à la prestigieuse Académie des sciences et sa volonté de donner à la statistique des populations une dimension probabiliste, confirment que nous sommes en présence, non seulement d’un grand mathématicien, mais d’un véritable savant au sens le plus noble du terme, auquel cet ouvrage tente de rendre hommage.


Cet ouvrage constitue en effet une synthèse de ses travaux, appréciée à l’époque par ses pairs, Lagrange, Legendre et Laplace, mais que les vicissitudes de l’histoire ont fait tomber dans l’oubli.

Cet écrit, demeuré totalement inédit (l’ouvrage présenté ici en est la première transcription et édition), fut rédigé en 1813. Il traite de la mortalité, dans la lignée des travaux du mathématicien Jean-Henri Lambert, publiés en 1772. Duvillard entreprend de construire une équation qui décrirait au mieux l’extinction progressive d’une génération humaine.

Ses travaux représentent donc un tournant dans l’étude des phénomènes démographiques et une première tentative d’application des principes du calcul des probabilités à la science des populations. Nous sommes en présence d’un véritable texte fondateur sur l’évaluation précise des limites à assigner à l’estimation du nombre d’une population.

Rendons hommage aux éditeurs de ce traité, Giorgio Israel et Luca Dell’Aglio, véritables découvreurs de ces archives inédites, qui ont patiemment défriché, décortiqué, transcrit ce texte manuscrit, accomplissant un véritable travail de mémoire avec une volonté affichée de rendre justice à ce personnage hors normes pour lui redonner une place pleine et entière dans l’histoire des sciences.

Giorgio Israel est spécialiste de l’histoire des sciences, membre de l’Académie internationale d’histoire des sciences, du comité exécutif de la Commission internationale d’Histoire des Mathématiques et directeur du centre de Recherche en méthodologie des Sciences à l’université de Rome La Sapienza. Luca Dell’Aglio est historien des sciences et enseigne notamment au département de Mathématiques de l’université de Calabre.

Lire le focus sur : Duvillard, une importante contribution à la mathématique sociale…

 

Sur le même thème