Rechercher une publication

Recherche par collection
Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/27017/ee_20_1er_plat72.jpg

La châtellenie de Thoissey

A PARAÎTRE LE 19 DÉCEMBRE 2017
Étude d’une population de la Dombes
du XVIe au XIXe siècle

Collection : Études et enquêtes historiques

2017, 260 pages

n° ISBN 978-2-7332-1074-1

Préface de Maurice Garden

Avant-propos

Première partie. La châtellenie : le territoire et sa population

Chapitre 1 – Sources et méthodes
Chapitre 2 – La souveraineté de la Dombes
Chapitre 3 – Structures sociales : la ville et les paroisses rurales
Chapitre 4 – Le mouvement de la population du XVII° au XIX° siècles

Deuxième partie. La formation de la famille et les ruptures d’union

Chapitre 5 – La nuptialité
Chapitre 6 – Le choix du conjoint
Chapitre 7 – Veuvage et remariage

Troisième partie : La fécondité et la vie familiale

Chapitre 8 – La fécondité et la dimension des familles
Chapitre 9 – Enfances et familles

Quatrième partie : La maladie et la mort

Chapitre 10 – Les rythmes de la mort: mouvement saisonniers et crises
Chapitre 11 – La mortalité des enfants
Chapitre 12 – Les causes de décès. Essai de pathologie historique
Chapitre 13 – Le mort et ses proches

Conclusion générale

Voici un portrait de la France à travers une histoire locale traversée par les grandes évolutions du pays, et qui dresse, grâce à une fine analyse, la transition démographique que connut le pays durant ces deux siècles.

Cette étude locale, centrée sur le petit territoire de la Dombes, fait renaître une population sur près de deux siècles et met en exergue de façon inattendue pour cette époque, la grande mobilité des personnes, entre monde rural et ville, ou d’un village à l’autre. La comparaison d’une ville et de son territoire, à cette échelle, est inédite en démographie historique. Le choix de Thoissey et des villages environnants offre un objet d’étude particulièrement intéressant en confrontant la ville et le monde rural, entre osmose et contrastes.

L’ouvrage rappelle aussi combien la mort et le veuvage furent importants avant les progrès sanitaires, au sein de familles pourtant encore très nombreuses. Il souligne aussi les forts écarts sociaux, une alphabétisation encore balbutiante mais dont on observe les progrès, une mise en nourrice réservée aux familles les plus aisées.

L’étude démographique des populations anciennes met en lumière l’histoire des comportements, leur évolution et leur impact au fil du temps. Les unions, les naissances, les maladies, la mort rappellent, même à une échelle locale comme celle de la Dombes, les grandes transformations sociales.

Alain Bideau, directeur de recherche émérite au CNRS, ancien professeur invité de l’Université de Montréal (Canada) et de l’université de Curitiba (Brésil) est un spécialiste de démographie historique. Il a co-publié un Essai de démographie historique et de génétique des populations (avec Guy Brunet ) et Une communauté allemande au Brésil (avec Sergio Nadalin) aux éditions de l’Ined. Il a été Président de la Société de démographie historique de 1995 à 2005. Depuis 2011, il est chargé de mission à l’Inshs (Institut national des sciences humaines et sociales) du CNRS. Il est depuis 2016 membre étranger élu à la Société royale du Canada (Académie des sciences sociales).

Du même auteur

Sur le même thème