Rechercher une publication

Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/30717/583.png

Quand le recensement comptait les Français musulmans

Population et Sociétés

583, novembre 2020

Dans ses décomptes de la population vivant en France, l’administration française distingue depuis longtemps les habitants selon leur lieu de naissance et leur nationalité. Dans les années 1950, bien que français, les anciens indigènes algériens qui résident en métropole sont qualifiés de « Français musulmans d’Algérie » et comptés à part. Angéline Escafré- Dublet, Lionel Kesztenbaum et Patrick Simon nous expliquent comment l’administration s’y est prise pour les identifier dans le recensement, tout en cherchant à préserver l’apparence d’indistinction.

At the end of the Second World War, many Algerians came to live in France, taking advantage of strong labour market demand but also (from 1946) of their newly acquired freedom of movement as citizens of the French Union. This migration worried the French authorities, who introduced a series of targeted and often discriminatory measures. One such measure was the identification of these populations in the census, the main source of statistical data on the population of France. In derogation of the law and the egalitarian principles applied in metropolitan France, INSEE applied in 1954 and 1962 a name-based method to identify Algerians present in France, who were widely categorized as ‘French Muslims of Algeria’ despite having a legal status identical to that of French natives. Statistics were thus compiled based on ethnicity and religion, unlike today’s standard census-taking practices.

Du même auteur

Sur le même thème