Léa Cimelli

Doctorante
lea.cimelli[at]ined.fr
Secrétariat : Sandrine Kochersperger +33 (0)1 56 06 20 49

Domaine(s) de recherche

Thèse : Les conséquences économiques des ruptures
d'union après 50 ans, en France

Thèmes d'intérêt :
- Economie de la famille
- Economie publique
- Inégalités femmes-hommes
- Cycle de vie
- Système de retraite
- Divorce, veuvage, séparation
- Solidarité familiale

La rupture d'union quelque soit son origine (séparation,
divorce, veuvage) représente pour les individus un choc
économique susceptible de modifier durablement leur
niveau de vie. Outre les caractéristiques individuelles,
l'ampeur du choc et ses conséquences peuvent varier selon
la période du cycle de vie. Cette thèse portera sur les
conséquences économiques des ruptures d'union pour les
plus de 50 ans, un sujet encore peu étudié en économie
alors que cette population est de plus en plus exposée aux
séparations conjugales et encourt des risques de pauvreté
spécifiques. Au sein d'une unité de recherche très active
dans ce champ (l'unité de démographie économique de
l'INED) et dans une optique de questionnement des
modèles économiques et des politiques publiques traitant la
rupture d'union, il s'agira de questionner les différences
entre femmes et hommes à partir de riches données
administratives (EDP et Fideli). Un tel choc économique est
susceptible de modifier les comportements individuels,
comme la participation au marché du travail des séniors ou
leurs formes de conjugalité, et la solidarité familiale
intergénérationnelle, dans un contexte insitutionnel marqué
par de nombreuses politiques publiques. Cette thèse
cherchera ainsi également à expliquer les stratégies
individuelles et collectives de recouvrement des coûts de la
rupture.

Équipes de recherche

Démographie économique