Est-il vrai qu’il y a plus de décès que de naissances en Europe ?

En 2015 les décès (5 226 500) ont été en effet un peu plus nombreux que les naissances (5 091 300) dans l’ensemble des 28 pays de l’Union européenne (pour la première fois depuis le début des séries chronologiques en 1961), entraînant la diminution naturelle de la population (-135 200). Malgré cette baisse naturelle, au 1er janvier 2016, la population de l’UE28 était estimée à 510,1 millions d’habitants, soit 1,8 million de personnes de plus que l’année précédente. Par conséquent, l’augmentation de la population enregistrée en 2015 dans l’UE28 a pu être entièrement attribuée au solde migratoire corrigé. En 2015, ce solde migratoire représentait une augmentation de 1,9 million de personnes.

Étant donné que le nombre de décès devrait augmenter à mesure que la génération du baby-boom vieillira, et, en supposant que le taux de fécondité reste à un niveau relativement bas, un accroissement naturel négatif de la population (plus de décès que de naissances) pourrait bien se maintenir. L’ampleur de la contraction ou de l’expansion de la population de l’UE28 pourrait alors dépendre largement de la migration.