Présentation de la bibliographie critique "Genre : histoire, inégalités"

Défini comme un "système de bicatégorisation hiérarchisée entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées (masculin/féminin)" (Bereni, et al., 2012), le genre est une thématique de plus en plus visible à l’heure actuelle dans le monde académique mais aussi dans les sphères médiatiques, politiques et associatives. Dans ce contexte, réaliser une bibliographie critique était une bonne opportunité pour illustrer l’état de la recherche sur le genre aujourd’hui.

C’est avec cet objectif que nous avons proposé à des collègues de l’Ined et d’institutions extérieures d’analyser des ouvrages adoptant une approche historique, sociologique et/ou anthropologique sur le genre et parus entre 2013 et 2016. À la lecture de ce travail, le constat est sans appel : malgré des avancées non négligeables depuis des décennies, les inégalités entre les hommes et les femmes, ou au sein même d’un groupe de sexe, ou encore entre les sexualités, se recomposent tout au long de la vie dans les différents espaces du monde social.

De nombreuses thématiques émergent. Certaines constituent les piliers des études de genre depuis les années 1970, comme les thèmes de la famille ou du travail. La bibliographie critique permet de montrer leur actualisation. L’étude de Fanny Gallot sur des ouvrières de Chantelle et de Moulinex fait ainsi écho aux travaux fondateurs de Danièle Kergoat qui montraient, dès les années 1980, qu’ "ouvrière n’est pas le féminin d’ouvrier". L’ouvrage de Dorothée Dussy, qui propose à travers une anthropologie de l’inceste une analyse de la construction des dominations dès le plus jeune âge, s’inscrit aussi dans ces traditions, tout en ayant un caractère très novateur. Et bien d’autres thématiques sont représentées dans cette bibliographie critique, témoignant de l’extension des objets investigués par les études de genre et de leur vivacité en France et à l’international : les sexualités (la bibliographie aborde ainsi la contraception, l’homosexualité ou encore les violences sexuelles) ; les hommes et les masculinités ; la santé ; l’âge ; la vie politique ; etc.

Évidemment, comme toute sélection, ce travail contient des zones d’ombre. Les théories queer, diffusées notamment à partir des travaux de Judith Butler (traduits en français dans les années 2000), ne sont ainsi pas représentées ; les ouvrages analysés ici ne font pas non plus partie de ceux qui développent une réflexion véritablement intersectionnelle (fondée sur une analyse frontale et approfondie de la combinaison des rapports sociaux de pouvoir - de genre, classe, "race", etc.). Il nous semble toutefois, malgré ces limites, que cette bibliographie critique s’inscrit parfaitement dans les questionnements actuels de l’unité "Démographie, genre et société" de l’Ined, articulés autour de trois grands axes : "Homosexualités : savoirs et méthodes" ; "Le genre au fil de la vie" ; "Violences et rapports de genre".

Marion Maudet, Gaëlle Meslay, Alice Olivier et Anne Paillet

Mise en ligne : avril 2017.