Rechercher une publication

Afficher plus de champs
@@src2@@

Procréation et imaginaires collectifs

A PARAÎTRE LE 23 SEPTEMBRE 2021
Fictions, mythes et représentations de la PMA

Collection : Questions de populations

5, 2021, 160 pages

Introduction
Un changement de civilisation ? Reproduction médicalement assistée et imaginaires sociaux
Fabrice Cahen, Virginie Rozée et Doris Bonnet

Chapitre 1
Procréer sans sexualité : généalogie d’une manière de penser et de réaliser la fécondation
Simone Bateman

Chapitre 2
Sommes-nous dans le Meilleur des Mondes ? Passé, présent, futur des technologies de reproduction assistée
Erika Dyck et Patrick Farrell 

Chapitre 3
L’enfant du futur au prisme de la science-fiction
Marika Moisseeff

Chapitre 4
Science et reproduction humaine : le clonage dans deux fictions littéraires
Jean-Marc Rohrbasser et Jacques Véron

Chapitre 5
Entre doutes, fascination et anxiété : insémination artificielle et littérature avant Huxley
Emmanuel Betta

Chapitre 6
L’âge matriarcal et la fin du mâle. Don de sperme et récits d’anticipation en France (années 1950-1970)
Fabrice Cahen

Chapitre 7
Les origines ontologiques de l’enfant conçu par assistance médicale. Exemple d’une clinique camerounaise
Doris Bonnet

Chapitre 8
Insémination artificielle ou acte adultérin ? L’imaginaire autour du tiers donneur au Japon
Isabelle Konuma

Chapitre 9
Paroles catholiques et révision des lois de bioéthique : récits sur la PMA
Séverine Mathieu

Chapitre 10
L’imaginaire de l’usine à bébés : gestation pour autrui, adoption et secret au Niger 
Barbara M. Cooper

Chapitre 11
Autoconservation ovocytaire dite « sociale » en France : imaginer le chaos
Yolinliztli Pérez Hernández

Chapitre 12
Une assistance médicale à la procréation toute puissante ? L’imaginaire face aux statistiques
Elise de La Rochebrochard

 

Parce qu’elle touche à l’origine de la vie à l’organisation sociale et au devenir des populations, la reproduction a, depuis l’aube de l’histoire, nourri des mythes et alimenté les imaginaires collectifs. En va-t-il différemment dans les sociétés contemporaines assistant au développement des technologies reproductives ? C’est à cette question que tente de répondre cet ouvrage qui explore des représentations littéraires, artistiques et sociales, laissant entrevoir la persistance d’un lien fort entre nouvelles possibilités reproductives et sentiment d’un basculement « civilisationnel ». De quelle manière la recherche scientifique et les innovations biomédicales alimentent-elles l’imaginaire public et quelle place ont, notamment, les fictions décrivant un monde où la maîtrise de la reproduction façonne un nouvel ordre social ?

On le sait, la technicisation de la reproduction et la maîtrise croissante de la biologie humaine forment un thème d’inspiration à la fois classique, fascinant et inépuisable, comme le rappellent le succès du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley et, plus récemment, de La Servante écarlate de Margaret Atwood. La fabrique de l’imaginaire reproductif offre des projections prophétiques ou dystopiques qui font écho à des craintes séculaires ; elle peut également servir à perpétuer des modèles reproductifs, sexuels ou de genre.

Les chapitres proposés dans cet ouvrage, qui relèvent de différentes disciplines (histoire, anthropologie, sociologie, démographie, philosophie) et portent sur diverses aires culturelles (Europe occidentale, Afrique subsaharienne, Asie orientale) rendent compte, chacun à leur manière, du poids de ces imaginaires de la reproduction dans la perception et les débats autour de la PMA. 

Doris Bonnet est anthropologue, directrice de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), membre du laboratoire Population et développement (Ceped, UMR 196, IRD/Université de Paris), membre fellow à l’Institut Convergences Migrations (ICM). Ses travaux portent sur l’anthropologie de la santé, de la reproduction et de la petite enfance, en particulier au Burkina Faso, plus récemment sur la PMA au Cameroun et sur la parentalité en situation migratoire en Île-de-France.

Fabrice Cahen est historien à l’Ined et membre du groupe Esopp (EHESS-CRH). Ses travaux se situent au carrefour de l’histoire sociale de la naissance, de l’histoire des politiques de population et de l’histoire des sciences. Il travaille notamment sur le développement d’une réponse publique au problème de la stérilité involontaire au cours du xxe siècle et sur les origines de la PMA.

Virginie Rozée est sociologue, chercheure à l’Ined, spécialiste des questions de genre et de reproduction. Ses travaux portent sur la contraception et l’avortement, l’infertilité et les nouvelles techniques de reproduction dans différents contextes nationaux et internationaux. Elle coordonne par ailleurs le groupe « Aspects globaux et socioculturels de l’infertilité » de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (ESHRE).

Sur le même thème