Rechercher une publication

Afficher plus de champs
/fichier/s_rubrique/25217/223.jpg

Are family sizes of parents and children still related? Revisiting the cross-generationalrelationship over the last century

Collection : Documents de travail

223, 2016, 33 pages

Les niveaux de fécondité des parents et des enfants sont liés mais la force de cette relation intergénérationnelle a rarement été étudiée sur le long terme. Cet article vise à analyser si, et de quelle manière, la fécondité des femmes et des hommes est liée à la fécondité de leur parents au cours du siècle. Utilisant une enquête de grande ampleur liée au recensement (Famille et Logements 2011), nos méthodes d’estimation (Poisson et modèle de comptage) tiennent compte de la nature discrète des variables de fécondité, leurs relations non linéaires et le rôle des autres  facteurs. Les résultats montrent une corrélation faible mais significative et positive de l’ordre de 0,12 à 0,15 toujours plus forte pour les femmes que les hommes, proche des niveaux observés ailleurs. Le nombre de frères et soeurs a un pouvoir explicatif de plus en plus faible au fil des  générations, soutenant l’idée que la famille a perdu de son influence implicite et explicite sur les choix de fécondité. Avec la diffusion de la famille de deux enfants, les tailles de familles extrêmes (nombreuses et petites) se démarquent et sont plus reproduites. Toutefois, alors que le niveau de fécondité plus élevé des enfants de familles nombreuses est largement expliqué par des facteurs socio-économiques, un mimétisme de fécondité entre parents et enfants prévaut dans les familles de petite taille, résultat qui peut en partie expliquer pourquoi, dans certains  pays européens, les niveaux de fécondité restent faibles.

  • Eva Beaujouan

Anne Solaz

Du même auteur

Sur le même thème