Mélanie Perez

melanie.perez.pro@hotmail.fr
Secretariat : Neyssa Traoré +33 (0)1 56 06 20 89

Research field(s)

Post-doctorat en sociologie sous la responsabilité scientifique de Mathieu Trachman (Bourse Sidaction 2017-2019):

« Les homosexuels et la PreP (prophylaxie pré-exposition). Réception, usages et appropriations d’une nouvelle technique biomédicale de prévention du VIH »


Domaines de recherche:

Sociologie du genre et de la sexualité
Homosexualités et masculinités
Sociologie du corps, de la maladie et de la santé
Politiques et dispositifs de santé publique


Thèse de doctorat soutenue en 2017:

« Devenir·s séropositif·s. Approche sociologique des expériences de la séropositivité au VIH des homosexuels masculins »
SantÉSiH (Santé, Éducation & Situations de Handicap), UFR STAPS, Université de Montpellier, sous la direction de Sylvain Ferez et de Anne Marcellini.
Financements: CIFRE Sida Info Service (2013-2016) ; Bourse Sidaction (mai 2016-mai 2017).

La thèse propose une analyse sociologique des expériences de la séropositivité au VIH des homosexuels masculins, à l’heure de la mise en indétectabilité biologique du virus dans leurs corps. La conduite d’une enquête longitudinale durant les
deux premières années suivant le diagnostic médical mêlant essentiellement des entretiens biographiques répétés avec ces hommes, et des observations multi-situées au sein des différents espaces qu’ils fréquentent et traversent – les Services
des Maladies Infectieuses et Tropicales des hôpitaux ; des associations liées au VIH-sida et/ou communautaires LGBT ; des espaces de sociabilités homosexuelles ; la sphère privée : amicale, familiale et liée au couple –, permet de saisir les
normes plurielles d’appropriation de la séropositivité. Aussi, la notion de carrière permet d’analyser la façon dont les histoires individuelles de ces hommes s’articulent à l’expérience de l’institution VIH et à ses dispositifs, à la fois dans et hors les
murs de l’hôpital. De la culpabilisation au rachat, en passant par la responsabilisation, à partir d’un même itinéraire moral se dessinent différents devenirs séropositifs, en fonction des ressources et dispositions sociales et morales des enquêtés.
La thèse montre les processus de transformations subjectives qui s’opèrent chez ces hommes, travaillés par des enjeux moraux mouvants et divergents liés essentiellement à la responsabilisation homosexuelle, pour se racheter et/ou changer. La
séropositivité au VIH fait l’objet d’une socialisation spécifique, marquée par un processus de disqualification. L’expérience de cette disqualification sociale, à la fois biologique et morale, où le corps est désormais subordonné à la surveillance et
au pouvoir biomédical, vient aussi troubler les dispositions genrées. Dans ce cadre, les devenirs séropositifs sont le produit de l’articulation des socialisations à la séropositivité et de celles antérieures, notamment en termes de morale et de
genre. Ils sont également liés à la façon dont ces hommes ont construit leur engagement puis leur carrière homosexuelle, participant à une recomposition des masculinités lors du processus de socialisation à la séropositivité. La thèse conduit in
fine à un éclairage du fonctionnement et des caractéristiques des dispositifs de gestion du VIH en France, et des tenants normatifs et/ou moralisateurs des biotechnologies et de l’usage de la biochimie se généralisant dans la discipline des corps
et la surveillance en santé publique.

Some publications

Perez M. & Ferez S., 2018 (sous presse, à paraître), « Sport et VIH- sida : de l’exclusion des séropositifs à l’accompagnement des "malades" », Sciences de la société, numéro « Politiques sportives, relations sociales et action collective » [En ligne].

Perez M., Ferez S. & Héas S., 2017, « Séropositivités, (em)prises biotechnologiques. Les homosexuels masculins récemment diagnostiqués », SociologieS [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6371

Perez M., 2016, « L’atteinte de la charge virale indétectable ne suffit pas à supprimer la peur de contaminer », TransversalMag, entretien réalisé par Vincent Douris, Sidaction, décembre 2016.

Perez M. & Ferez S., 2016, « L’écoute à Sida Info Service face aux avancées biomédicales », Juris Association, n° 534, 1er mars 2016.

Ferez S., Perez M., Duval E. & Perera E., « Du paria au "malade chronique" : reconfiguration du stigmate associé au VIH/sida en France (1982-2012) », 2015, in Dargère C. et Héas S. (dir.), La chute des masques. De la construction à la révélation du stigmate, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2015.

Ferez S., Ruffie S., Thiandoum B. & Perez M., 2015, « L’épidémiologisation du mal », in Ferez S. et Ruffie S. (dir.), Le corps de la honte, histoire de la prise en charge du VIH/SIDA en Guadeloupe, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

Ferez S., Wallach I., Gaucher C., Héas S., Ruffié S., Thomas J., Gaissad L., Perez M., Duval E., Cervera M., Fabre J., Rouanet I., Sotto A. & Fougeyrollas P., 2015, « Effets du diagnostic d’infection au VIH sur la participation sociale : enjeux de l’application du Processus de Production du Handicap à une maladie chronique », numéro thématique « Sexualité, handicap et droits humains », Développement humain, handicap et changement social/Human Development, Disability, and Social Change, vol. 21, n°2, pp. 75-88.