L’évolution démographique de la France marquée par de forts contrastes départementaux en 2015 et 2016

Au premier janvier 2017, la population française atteint presque 67 millions d’habitants.

L’accroissement naturel demeure le principal moteur de l’augmen­tation de la population, mais connaît un rythme plus faible cette année encore. La diagonale du vide s’accentue avec une population décroissante notamment du sud du Massif central au nord de l’Île-de-France. Le vieillissement de la population se poursuit et le rapport de dépendance des personnes âgées dépasse pour la première fois 0,5 (moins de 2 personnes de 20-59 ans pour 1 personne de plus de 60 ans) au niveau national et dans la grande majorité des départe­ments français.
Les flux d’entrées de ressortissants de pays tiers ont continué d’augmenter en 2015, représentant 0,32 % de la population totale en 2015. L’âge à l’obtention d’un titre de séjour était en moyenne de 29,3 ans pour les femmes et de 29,1 ans pour les hommes. Les femmes continuent d’être plus nombreuses que les hommes. Si la composition selon le continent d’origine et le motif de délivrance est relativement stable, on note une augmentation de 18 % des titres délivrés aux réfugiés et aux admis à l’asile territorial. La répartition géogra­phique des personnes immigrées ayant bénéficié d’un titre de séjour est très concentrée dans certains départements, dont Mayotte, la Guyane et la Seine-Saint-Denis.
La natalité et la fécondité sont de nouveau en baisse en 2016, mais de manière un peu moins prononcée qu’en 2015. La baisse de la fécondité s’observe aux âges jeunes (avant 30 ans), de forte fécondité, ce qui a une incidence importante sur le niveau total. On peut faire l’hypothèse qu’il s’agit principa­lement d’un retard de calendrier. L’âge moyen à la maternité atteint 30,6 ans et varie entre 28,0 et 33,6 ans selon les départements.
Les différents indicateurs de recours à l’IVG sont en diminution. Cette baisse a lieu à tous les âges, notamment aux plus jeunes. Les IVG des adoles­centes sont de plus en plus rares, mais des écarts importants persistent sur le territoire.
En 2016, le nombre de mariages diminue et celui des pacs augmente. Les mariages mixtes, entre un conjoint étranger et un conjoint français, concernent près d’un mariage sur cinq (18 %). Ils se caractérisent notamment par un écart d’âge plus important entre conjoints, tout particulièrement lorsque l’homme est âgé et de nationalité française. Le nombre d’unions entre personnes de même sexe poursuit sa baisse, particulièrement pour les mariages. C’est en Île-de-France que la proportion d’unions entre personnes de même sexe est la plus importante (près d’une sur dix) ainsi que, dans une moindre mesure, dans les départements de l’Arc atlantique et du pourtour méditerranéen. Cette der­nière région se caractérise à la fois par des propensions au mariage et au divorce relativement fortes.
Après l’augmentation des décès due à l’épidémie de grippe en 2015, la mortalité a recommencé à baisser en 2016, poursuivant une tendance de long terme. Les progrès de l’espérance de vie à la naissance sont particulièrement favorables aux hommes depuis vingt ans. Après un pic de plus de 8 ans à la fin des années 1980 et au début des années 1990, la différence d’espérance de vie entre les sexes se réduit progressivement, du fait que la mortalité attribuable aux cancers et aux maladies cardiovasculaires recule plus lentement pour les femmes que pour les hommes avant 80 ans.
Les inégalités géographiques de mortalité persistent avec un écart maxi­mum entre les départements atteignant 5,6 ans pour les hommes et 3,5 ans pour les femmes en 2014. Les régions les plus défavorisées sont, comme il y a cinquante ans, celles qui longent la frontière nord du pays, de la Bretagne à l’Alsace, ainsi que plusieurs départements se situant le long d’un corridor descendant du Grand Est au Centre.

Source : Didier Breton, Magali Barbieri, Hippolyte d’Albis, Magali Mazuy, 2017, L’évolution démographique récente de la France : de forts contrastes départementaux, Population 2017-4.

Contact : Didier Breton, Magali Barbieri, Hippolyte d’Albis, Magali Mazuy

En ligne : janvier 2018